samedi 19 février 2011

Quartier de Leure Le Havre Un faux-air de marais

Laissez quelques années un terrain en friche et il commence parfois à ressembler à un marais.  Une sorte de retour aux sources. Au fond les deux cheminées de la centrale thermique et l'église Saint-Nicolas.

D'après mes souvenirs, Le Havre fut la première ville en France à posséder un bureau d'hygiène municipal car les marais apportaient de nombreuses maladies aux habitants notamment dans le quartier de Leure. Le descendant de cette institution était le laboratoire d'analyses municipales supprimé il y a peu d'années.

5 commentaires:

Geo a dit…

Avec tous ces chantiers aux quatres coins de la ville, on s'étonne d'être envahis par les moustiques dès les beaux jours revenus.
L'année dernière c'était impressionnant. On assistait à des invasions de moustiques à la plage, chose qu'on avait jamais vu jusqu'à présent.

phyll a dit…

un marais... pas d'vin...
malgré tout, la nature reprend vite ses droits !!!

DAN a dit…

C'est pris de la rue de l'aviateur Guerin, mais l'été c'est quand même moins "humide", et attends d'ici quelque temps et là tu verra une bel immeuble, enfin bel...?

JPS a dit…

Il m'arrive,dans des moments décidément perdus de tous et pour moi-même,de détailler avec force scrupuleuse une photo choisie au hasard dans la liste des blogs ayant pour sujet notre bonne cité du Havre ou ses proches environs et hasard aussi opportun qu'inopiné j'analyse aujourd'hui et en ce moment même une vue du quartier de l'Eure jadis et naguère appelé Leure prise rue de l'aviateur Guérin par un dénommé JMH,puissant homme au verbe constructif,au rire communicatif et à l'alopécie prononcée,entrevu en fin d'année dernière lors d'une rencontre entre blogueurs avisés et curieux de connaître Mr Betton, auteur de différentes publications sur des quartiers havrais ayant subi des transformations..cette sympathique rencontre,qui avait lieu au bar Le New-York,s'est achevé par une série de dédicaces et moult clichés aussi divers que numériques de par leur stockage..et là,l'unique,le seul,l'artiste premier,le génie solitaire,l'architecte du bien-pensant,a su extirper de ce vide urbain une incomparable flaque d'eau pour l'exposer à nos yeux incrédules mais méfiants(toute concurrence)et jeter à nos pieds la méditation sans conciliation..notre homme,le dit JMH,a-t-il mesuré l'union de la matière dans la dépendance universelle des phénomènes inaperçus?Je pose la question!!

JMH a dit…

Le Havre, ville basse, ville des marais, ville des atmosphères interlopes, ville des brouillards de toujours où les cornes de brume résonnent dans les ambiances grises des chambres d'hôtel... Comme un port où les marécages guettent, tapis au fond des mémoires et sources pour les écrivains maudits. Ville où les interstices et les marges laisseront éclater les libertés des JPS, des Dan, des phyll, des Geo, des Jeff et de chacun...