vendredi 17 mars 2017

Forêt de Montgeon : la belle endormie...



La forêt de Montgeon a connu sa période la plus populaire et familiale dans les années 1960, 1970 et 1980... Il était de coutume d'y aller en voiture, d'y faire un pique-nique, d'y passer la journée. Les adolescents y allaient aussi seuls ou en bande profiter des activités du lac ( barque, pédalo). Le camping, au centre de ce domaine, constituait une enclave visible de tous à travers son grillage. Les animaux dans les parcs et les cygnes sur le lac attiraient la population. Ce temps - idéal - est bien loin et révolu... 

La ville du Havre a  prévu de transformer cet espace avec une formule " Inventons nos loisirs"...

 Il est prévu la sanctuarisation de cet "écrin forestier"mais aussi la création de périmètres avec des activités de loisirs pouvant drainer un public "au-delà de l'agglomération", voire dans l'estuaire. On se doute alors qu'il s'agit de proposer des animations assez importantes.

Ces loisirs devront avoir un lien avec le caractère naturel de la forêt. Accrobranche, restauration, ferme pédagogique...En ce qui me concerne la création d'un labyrinthe végétal me plairait bien !

Il est prévu de créer un axe structurant pouvant traverser la forêt d’est en ouest, en s’intégrant entre les boisements existants. Ce sentier destiné aux modes doux rejoindrait le GR existant et le vélo-route de la pointe de Caux.

"Pour permettre un meilleur échange entre les quartiers limitrophes et la forêt, les accès existants seront valorisés en particulier à l’entrée Avenue René Dehayes où une plus grande place doit être donnée aux piétons et modes doux ( c'est l'accès le plus proche du tunnel Jenner).

Création d’un troisième accès à la forêt par la porte de Frileuse.

Il est envisagé d’installer une structure de jeux de très grand format et/ou une dalle de jeux d’eau, en accès libre.

L’aire de jeux existante fera l’objet de rénovations. Réfection de certains éléments et révision du cloisonnement par tranche d’âge.

A la demande des joggeurs, une  piste éclairée de 800 m sera créée.  Elle cheminera le long des abords  du stade et du parc forestier de Montgeon.

 Installation de stations-services pour les vélos. Bonne idée !

Création et aménagement d'une zone de silence.

Révision du nombre et de la répartition des sanitaires publics.

Le choix des activités autorisées à s'implanter aura lieu au printemps 2017. La réalisation des travaux d'aménagement aura lieu en 2018-2020. Environ deux millions d'euros sont consacrés à ces projets.

Analyse personnelle :

 Trois domaines unissent les Havrais : la plage, la forêt et, un peu en retrait, le HAC football. Faire évoluer un tant soit peu un de ces éléments entraîne très vite de vives réactions ! Il en va ainsi avec la forêt de Montgeon.

La forêt de Montgeon est de plus en plus examinée et traitée sur le plan économique. Sa verdure doit rapporter...

 Montgeon a connu au cours des cinquante dernières années des périodes diverses d'accessibilité. La tendance a été de l'isoler graduellement... Est-ce un mal ? C'est certain qu'elle est moins fréquentée qu'auparavant. Est-il possible de revenir à un âge d'or ?

 Le "tempo" dans la présentation de ce programme se montre assez surprenant. 2017 est une année assez chargée à cause du cinq-centième anniversaire de la Ville. Politiquement 2017 pourrait (aurait pu)  être une année de pause avant d'entamer en 2018 ( les élections municipales auront lieu en 2020) une sorte de précampagne avec des projets dans la besace. En même temps le fait par la municipalité de s'occuper de cette forêt dès maintenant coupe l'herbe sous le pied d'une opposition municipale qui n'a jamais perdu de vue l'absence d'un véritable camping au Havre et ne manquerait pas d'utiliser la forêt de Montgeon comme un levier lors d'une future élection.Cette opération qui se terminera en 2020 figurera donc dans le bilan, les résultats obtenus.

Pour les védéhachologues : c'est l'adjoint aux sports qui a présenté ce projet. L'adjoint chargé de l'environnement ( et donc des espaces verts) n'intervient pas dans ce secteur pourtant très verdoyant par essence...

 ps : j'ai exclu la polémique en cours qui veut associer ce projet à celui du téléphérique et de son passage au-dessus-de la forêt. Il faut avoir des compétences très techniques dans le domaine des installations de ce genre en ville pour pouvoir s'exprimer.

 












jeudi 2 mars 2017

Souvenirs de voiliers-jouets au Havre... Et s'ils revenaient ?

Souvenirs personnels 

Il y a des étés éternels et des jours qui ne finissent jamais. Au Havre, dans les années 1960, 1970 et 1980 nous étions nombreux à venir jouer avec nos "embarcations" au bassin de la Bourse. De mémoire je crois que c'est un ami, personnage du quartier d'Aplemont, Serge Launay, qui avait dessiné cette installation publique. Je ne l'appris que dans les années 2000. Les garçons dominaient largement en nombre autour du bassin. Nous n'avions d'yeux que pour nos objets flottants. Je me souviens qu'un ami et moi avions confectionné un radeau avec des bouteilles de plastique muni d'un mât haut mais chétif. Apporter un voilier aurait fait partie de nos rêves mais c'était loin de nos moyens financiers d'enfant. Nous devions avoir entre dix et douze ans. Je regardais souvent à cette époque, et bien longtemps, avec envie, la vitrine principale du "coin du jouet", magasin de la place de l'hôtel de ville. De magnifiques voiliers ou même hors-bords provoquaient le désir de les acquérir. La petite étiquette qui indiquait le prix calmait les ardeurs !

Nous étions, à mon avis, beaucoup d'enfants de la classe moyenne autour de ce bassin. Nous vivions en centre-ville et notre univers se limitait à bien peu de choses... On lira le récit d'une enfance havraise à cette époque par l'architecte Emmanuel Delabranche dans un livre publié récemment et passé totalement inaperçu : une ville treize boucles (disponible à la bibliothèque municipale du Havre). De mémoire, l'auteur parcourait de long en large la ville à pied alors que la plupart des jeunes Havrais se cantonnaient, à mon avis, à des secteurs bien particuliers ( leur quartier, le quartier de leur famille, la plage, la forêt)...

Autour du bassin de la Bourse, je n'ai aucun souvenir de bagarre ou d'une quelconque animosité. Parfois de l'eau débordait et nous mouillait. Nous riions beaucoup quand il fallait grimper et aller chercher un "navire" bloqué au milieu. Les enfants ou adolescents relevaient bien souvent le bas de leur pantalon.

La technologie pointait le bout de son nez avec un sous-marin qui me fascinait.  Je crois qu'un seul des participants en possédait un. Muni certainement de piles, il allait d'un côté à l'autre du bassin sans s'arrêter.

 Je n'ai pas trop de souvenirs des voiliers du bassin de l'hôtel de ville. A propos de celui de la forêt de Montgeon, j'y allais rarement car je le trouvai peu pratique. J'y ai peut-être fait naviguer quelques objets flottants en plastique, bien éloignés des objets de collection dont parle Thierry Vincent. Le bassin circulaire près du CNH a vu mon radeau radeau militaire en plastique dirigé par deux pagayeurs de la même matière. Accompagné de ma grand-mère, il fallait peu de choses à cette époque pour s'amuser. Le bassin circulaire existe toujours...    
                                                            
Faisons le rêve que les voiliers-jouets reviennent au Havre pour le plus grand plaisir des enfants et des adolescents.

Le Havrais Thierry Vincent signe un nouveau livre sur les voiliers-jouets de bassin. Jouet de collection. Référence. Catalogue.Spécialiste. Vente. Achat. Expert. Trouver une marque. Trouver un modèle. Histoire.

Le livre sur les voiliers jouets de bassin


                                             Thierry Vincent : encore une affaire de coque !


On connaît bien Thierry Vincent. Attaché de conservation au sein des Archives Municipales du Havre, il fait partie des éléments irremplaçables de la Porte océane. Auteur de nombreux livres et articles, il publie un nouveau volume sur les voiliers jouets de bassin. Avec près de 470 illustrations l'ouvrage présente un aspect très attrayant. Il servira évidemment de référence indispensable aux amateurs et collectionneurs qui s'intéressent à ce domaine. On notera aussi qu'un professionnel, marchand ou commissaire-priseur tirera un grand profit de cette oeuvre de 224 pages qui comprend un index thématique de plus de 265 entrées et une description précise de 26 fabricants ou productions.

Cerise sur le gâteau : la première édition est numérotée et signée par son auteur.

 
Diffusé sur Ebay.fr., le livre de Thierry Vincent est vendu au prix unitaire de 39,90 € et acheminé par La Poste, en lettre avec suivi. Les frais de traitement et d’acheminement sont de 12 €. Le paiement se fait uniquement via le site, par Paypal. 





                                                                      

vendredi 10 février 2017

Gare routière du Havre interdite aux voitures



La rue où seront installées les bornes.



                                                                            

2017 : la gare routière du Havre ne sera plus accessible aux véhicules particuliers. Les travaux devraient débuter vers le 13 février 2017 et s'achever au mois d'avril 2017 ( plutôt vers la fin du mois d'avril). Plusieurs phénomènes ont, à mon avis, entraîné un dysfonctionnement de cette zone. D'abord la suppression progressive du grand parking gratuit attenant à la gare a évidemment obligé les automobilistes à trouver cette solution d'aller stationner à la gare routière. La fin de places disponibles gratuites (dépose-minute) devant la gare a aussi accentué ce phénomène. On ajoutera aussi  que le covoiturage a pour principal point de rendez-vous la gare routière. On apprend par une vidéo que les covoitureurs auront accès à une zone spéciale. Le développement des lignes de bus Macron a aussi induit un manque de capacité de cette gare routière dont le niveau de qualité reste vraiment bas.

Des bornes intelligentes ( il doit y en avoir d'idiotes...) gèreront les 16 places de stationnement d'arrêt-minute rue Charles Lafitte. C'est très peu ! D'après ce que j'ai compris on pourra rester 20 minutes à stationner (la durée n'est pas mentionnée sur le tract). Si ce temps est dépassé, le feu sur la borne deviendra rouge et "on" pourra venir vous dire de quitter les lieux. Il reste aussi à dire que des trains ont parfois du retard et qu'ils n'arrivent pas forcément à l'heure exacte. Un arrêt-minute n'a de sens que si on connaît l'heure exacte où le train entre en gare ! Des équipements nouveaux qui se basent sur la ponctualité de la SNCF me semblent plutôt en retard sur la réalité... Ces places gratuites d'arrêt-minutes seront gratuites donc très recherchées et convoitées... On aura aussi les 114 places en zone verte. Serviront-t-elles d'arrêt-minute bis avec des conducteurs qui attendront dans la voiture et démarreront dès qu'ils verront apparaître un agent chargé du stationnement.

Je pense que le stationnement est un sujet de plus en plus politique.  Il est dommage que les zones bleues de stationnement à disques ne soit plus utilisées. Avez-vous remarqué ? Pourquoi ne pas moderniser le disque en le rendant électronique ? Pourquoi ne pas remettre la gratuité au goût du jour ?



lundi 6 février 2017

Impasse Broca au Havre : du changement...





On croit connaître sa ville mais on découvre toujours ! C'est la première fois que je me trouvai dans l'impasse Broca située dans le quartier de Sanvic à proximité de l'église Saint-Denis.  Je fus surpris de découvrir une "annexe industrielle" du lycée technique Jeanne d'Arc. Le bâtiment assez important comprend notamment un jardin et une très belle porte en métal. Cet ensemble devrait être démoli pour laisser place à des logements sociaux dans cette impasse très calme et discrète jusque-là. Il faudra effectuer une recherche pour savoir à quoi servait ce bâtiment à son origine. Je pense qu'il faut conserver des traces photographiques ou filmées de cet élément quasiment inconnu de la population.

vendredi 3 février 2017

Démolition de l'ancien lycée maritime Anita Conti





Enfin ! L'ancien lycée maritime du boulevard Clemenceau est en train d'être démoli. Son esthétique ne correspondait pas aux goûts actuels mais il représentait un style plutôt en vogue dans les années 1960 ou 1970. On appréciait sa couleur bleue plutôt en accord avec l'élément marin. Dans mon esprit, il avait une sorte de parenté avec le siège du port autonome du Port du Havre.

                                   Photo odieusement volée à Geo du siège du Port du Havre

On est heureux que les léopards normands, jaunes, immenses et menaçants, sur fond rouge, aient pris place sur le front de mer. Décidément les couleurs marquent le lieu. La Normandie immortelle marque son empreinte au Havre. On s'en félicite. Il y en a peut-être, dans le quartier, qui se retournent dans leur tombe en voyant nos couleurs normandes... 

Le quartier évolue. Le quai de Southamptom va  totalement être transformé. Un hôtel de luxe et des appartements de grande condition vont surgir. Déjà la Résidence de France constitue un quartier (aisé) dans le quartier du Perrey. Des bateaux de plaisance de grande dimension ( des yachts) ont désormais la capacité d'accoster au port de plaisance. Il faudra suivre l'évolution de ce secteur où le logement social a encore sa place... Le front de mer vaut de l'or.





dimanche 29 janvier 2017

Tiens ! Stéphane Plaza ouvre une agence immobilière au Havre !




Il y avait déjà une Agence Plaza à Deauville. C'est maintenant au Havre que cette enseigne s'installe. Exactement rue Voltaire en face du Volcan.  On se doute que le monde de l'immobilier havrais va être en ébullition ! Est-ce que le présentateur viendra inaugurer cette antenne ? Nul doute que cela déplacerait du monde...