samedi 16 janvier 2010

Ecole Jean Macé Le Havre Notre-Dame













Le Havre, la ville, dite "amie des enfants ", ferme des écoles. Le propos de ce texte n'est pas de participer à une polémique mais d'apporter un éclairage sur une évolution dans la ville du Havre. Cette cité a été créée à partir de deux quartiers fondamentaux : Notre-Dame et Saint-François. Ils constituent le noyau originel, le centre d'où est parti le développement extraordinaire d'une ville qui fêtera bientôt, en 1517, sa fondation, ses 500 ans.

Il est symptomatique et symbolique qu'un quartier comme Notre-Dame perde son établissement primaire et maternel. Le déclin démographique dont souffre Le Havre prend un aspect concret lorsqu'il se traduit par une fermeture d'école. Le fait de transformer un établissement scolaire en réserve de musée revêt aussi un sens qui n'est pas anodin et peut se révéler très maladroit sur le plan politique.
Notre-Dame, un quartier-musée ? C'est le " berceau du Havre " qui est touché.

Ce n'est pas, hélas, la première fois qu'une école ferme en centre-ville ou dans différents quartiers de la ville. Cela reste la marque d'un déclin démographique accompagné d'un vieillissement de la population qu'aucun dirigeant actuel ne semble prendre en compte et encore moins faire évoluer dans un autre sens. Rien n'est pourtant définitif et inéluctable dans ce domaine.

L'enfant et la jeunesse dans une ville doivent être une priorité. Un urbanisme prenant en compte la présence des enfants est nécessaire. Des immeubles avec des cours, par exemple, permettent facilement aux enfants de jouer. Cela demeure rare dans les nouvelles constructions qui se résument à des blocs de béton où l'enfant est peut-être prévu pour rester enfermé toute la journée. On n'a pas encore vu d'école sans cour de récréation à ma connaissance.

Il faut porter tout son espoir dans les enfants.

33 commentaires:

Anonyme a dit…

On ferme une école. Cela signifie-t-il que tous les enfants aient disparu ?
Probablement pas.
Même si le quartier vieillit démographiquement il n'est pas le refuge exclusif de retraités.
Je pense qu'on poursuit-là une politique assez désolante de restrictions drastiques de l' "offre" scolaire dans une époque où l'on déclare, depuis plusieurs années, que la France est la plus prolifique d'Europe avec un solde démographique positif.
C'est aussi la passivité (??) des habitants qui m'étonne.

geo a dit…

Et pendant ce temps là, de nouvelles écoles se créent dans les villages périphériques.

La fermeture de Jean Macé n'est pas du au fait de la diminution de la population car elle à plutôt tendance à augmenter en centre-ville au détriment de la ville haute. en revanche la population du centre vieillie. Il suffit d'aller faire un tour du côté des Halles Centrales pour s'en rendre compte.

JMH a dit…

Tout-à-fait d'accord sur le secteur des Halles où c'est assez frappant... A propos de la population, je ne suis pas vraiment d'accord. La population enfantine diminue. Il y a 42 salles de classe vides en centre-ville. Les enfants ne sont plus là. Les médias ont tort de dire que la France fait beaucoup d'enfants. C'est faux. c'est seulement mieux que les autres pays européens. Les médias ne font pas leur travail dans ce domaine.

Anonyme a dit…

JMH !!!
Enfin, voyons, le solde est largement positif.
Ily a aussi que L.H. connait la migration (nationale) d'une catégorie importante d'habitants qui vont chercher leur maison individuelle en construisant sur des terrains à des prix dits "accessibles" (mais qui valent souvent autant que le prix de la construction finie) à 20 ou 30 km de la ville où ils travaillent.
La fréquentation des Halles ne me semble pas vraiment significative. Ces halles sont du commerce de proximité, surtout le matin où, en effet, les retraités ont le temps de les fréquenter en s'y rendant à pied.
Ce n'est pas non plus une fréquentation à l'économie, les jeunes couples préférant se rendre en grandes surfaces où, vrai ou faux, les prix sont plus marchands.

JMH a dit…

On parle d'enfants.S'il y autant de salles de classe vides au Havre, c'est qu'il y a forcément moins d'enfants. A Jean Macé, six classes sur treize sont occupées. Cette école de la rue Dauphine qui a survécu à la guerre a vu passer une foule d'enfants. Je maintiens qu'il y a moins d'enfants en centre-ville du Havre qu'avant.

Pour la population qui va chercher à quelques dizaines de kilomètres une maison à prix abordable, cela pose la question de la place de l'enfant et des "jeunes" couples en ville. C'est mieux d'avoir un jardin pour jouet que rester dans un petit appartement. Le jardin est souvent un des éléments déterminants de départ pour l'achat d'une maison. Quant au prix des logements, ils peuvent rebuter des familles qui ont des revenus modestes ou moyens.


Les Halles deviennent effectivement un secteur avec un fort taux de personnes agêes. J'ai aussi l'impression que la population de Sainte-Adresse attire de plus en plus une population âgée qui recherche le calme ! Il faudrait regarder les statistiques de près.

Les jeunes fréquentent aussi les supermarchés de proximité quand il y en a. Ces magasins ressemblent à la clientèle de leur quartier : une vraie photographie.

A propos des Halles, elles accueilleront en 2010 un marché dominical.

DAN a dit…

Je suis trop peu au fait de ces informations pour en donner un avis.
Je suis, comme beaucoup le savent un retraité, et comme tel, je ne vais plus au super ou hypermarché, pour des raison tout simplement pratique.
J'ajouterais qu'une sans commerce est une ville morte. Et le Havre a longtemps souffert de cette réputation.
Alors si on ne fait rien pour garder les enfants en centre ville, il est certain que nos "élus" ne se gêneront pas pour fermer écoles ou salles de classe.
PS: JMH, je ne savais pas que l'on était en l'an de grâce 1510 ;-)

geo a dit…

C'est indéniable qu'il y'a moins d'enfant dans ce quartier, mais pas partout dans le centre-ville. La partie reconstruite est habitée par une population agée qui bien souvent y habite depuis les années 50.
En revanche la partie ancienne du centre-ville (Danton, Saint Anne, Thiers, Rond Point, Saint Vincent) est beaucoup plus "jeune". C'est une évolution socio démographique qui s'inversera peut être dans quelques années, quoi que, le centre-vilel reconstruit restera toujours le secteur "aisé" du Havre (donc peut de jeunes).

Le fait que l'école deviennent une extension du Muséeum est une bonne nouvelle. On lui à trouvé une nouvelle affectation.



PS: Tu dis que la France fais moins d'enfant, mais les familles avec enfants vivent de moins en moins en centre-ville. C'est beaucoup plus frappant dans les campagnes proches des villes (pas seulement au Havre)

DAN a dit…

@ Geo
L'école verrais s'installer la bibliothèque (entre autre) du muséum et de la S.G.N.
(renseignement de Thierry Vincent que nous avons vu mardi dernier Nicéphore Phyll Laurent et moi à "la galerne")

phyll a dit…

c'est vrai également au Perrey où l'on retrouve beaucoup de personnes âgées (ou d'un âge certain). Pour exemple dans ma cage d'escaliers il y a 10 appartements (F2 & F3) et nous ne sommes que 11 locataires : 9 personnes seules (retraitées ou bientôt) et un jeune couple...sans enfant !!!

Anonyme a dit…

Je vois des réactions sur d'autres sites internet. Il y a des gens qui pensent presque que ce serait mieux de ne pas avoir des enfants ! C'est : qu'est-ce qu'ils ont à nous ennuyer avec leurs histoires ? Il y a vraiment des réactions egoistes. Tant que ca ne les touche pas, leurs petits plaisirs personnels, ils ne se sentent pas du tout concernés.

J-J a dit…

c'est sur que ca devient du chacun pour soi. Mais la qualité de vie on en fait quoi ? L'aspect humain des décisions pas pris du tout en compte.

Jacqueline a dit…

L'école est liée au quartier. Supprimer un établissement et vous changez le quartier. C'est quand même mieux d''avoir une ecole proche. Ca compte pour emmenager.

Anonyme a dit…

Vous feriez mieux de regarder autour de vous les catastrophes qui arrivent au lieu de vous plaindre de vos petits soucis.

Marielle a dit…

y aura-til d'autres écoles concernées par la diminution des effectifs ? Quelles sont les prochaines sur la liste ?

Anonyme a dit…

@anonyme Arrêtez de tout ramener à des catastrophes. Ne mélangeons pas les genres. Il s'agit d'un problème local.

Laetisse a dit…

On dit qu'il ne faut plus prendre la voiture pour conduire les enfants près de chez soi mais on les éloigne d'une école qui leur était proche. On risque donc de forcer à prendre la voiture pour conduire les enfants dans une nouvelle école plus éloignée. Où est la logique ?

Anonyme a dit…

Où va la mairie. Déjà il y eu plein d'incidents avec les dernières fermetures d'école et cela recommence. C'est vraiment aller au devant des ennuis.

Anonyme a dit…

Etonnant : le quartier Notre-Dame vote pour la droite. Ils vont scier la branche où ils sont assis. Après les commerçants, les parents d'élèves.

JMH a dit…

En effet, on reste surpris devant ces décisions qui sont très impopulaires alors que des projets de grande ampleur auraient pu être mis de côté ( en raison de la crise les gens auraient compris et accepté) et laisser des marges budgétaires appréciables. L'aspect humain est très négligé dans cette affaire.

Anonyme a dit…

Ce que j'écris ici ne vaut pas recensement. Pas plus que ce que vous tous qui "savez" (que la population de ND vieillit ...) avez écrit. J'apporte un autre témoignage. j'habite un immeuble Perret de ce quartier. Il y a en effet beaucoup de pesonnes âgées. Beaucoup parmi elles sont là depuis la reconstruction. Et lorsque celles-ci quittent notre bas-monde, elles sont remplacées par des jeunes, souvent avec enfants en bas-âge. C'est flagrant dans ma copro.

Après, que la mairie fasse des économies, je trouve cela indispensable. mais pas sur le dos des enfants. Il y a sûrement d'autre postes budgétaires à réduire. A commencer par le train de vie des élus (trop nombreux d'ailleurs : je n'ai jamais vu ni entendu notre Conseiller Général, sauf sur le bulletin dans l'isoloir le jour du scrutin. mais c'est un autre sujet).
Je vais finir par arrêter de voter Rufenacht et consors.

Pour finir, il n'y a qu'à regrouper Jean Macé et Videcoq (idée vue sur un autre blog). Et le musée pourra stocker ses archives à Videcoq.

JMH a dit…

Comme vous dites dans votre précédent commentaire, il y a peut-être des solutions à trouver. En raisonnant à plusieurs, on parvient parfois à des résultats très bons auxquels personne n'avait pas pensé.

Anonyme a dit…

Je viens de voir Havratar le film parodie sur jean macé. Ils sont forts les gars ! Du travail de pro.

Luc a dit…

J'ai regardé Havratar sur Youtube. C'est bien fait et très drôle.

Anonyme a dit…

Il y a quelque chose que je voudrais dire : on dit qu'on melange parfois les choses en comparant la situation des ecoles au havre avec les grands projets. Mais est-ce qu'on ne melange pas aussi les choses quand on parle de stockage de museum et de fermeture d'ecole. L'argument de trouver une solution à un probleme culturel avec une fermeture d'ecole n'est pas cohérent. Cela pourrait sous-entendre qu'on ne veut pas d'extension du museum parce qu'on refuse la fermeture d'une ecole !

Lucie a dit…

Certains disent qu'il est trop tard mais tant qu'une décision n'est pas prise elle peut être changée. Ce serait bien aussi de demander aux enfants ce qu'ils en pensent. Dans un divorce on leur demande bien leur avis. Pourquoi ne pas les interroger sur ce sujet de la fermeture de leur école ? Ils sont les premiers concernés tout de même.

Anonyme a dit…

vous ne seriez pas un peu Lucy in the Sky ? Vous roulez en combi VW ?

Anonyme a dit…

Il y a une chose qui n'a pas été dite à propos de cette école. C'est qu'elle a plein d'anciens élèves qui y sont attachés. La décision les touche aussi. J'ai rencontré un ancien élève qui m'a dit que cette fermeture ne lui plaisait pas et il est parti depuis longtemps de cette école.

JMH a dit…

@anonyme

Vous avez tout-à-fait raison de parler des anciens élèves. Ils se sentent, à mon avis, touchés par ces questions de fermeture.

JMH a dit…

Pour ceux que cela intéresse le nombre d'éleves moyen par classe en 2008 en France est de 25,9 pour les classes maternelles et de 22,7 pour les classes du CP au CM2 en 2008. Un élève coûte 5 460 euros par an en maternelle ( dépenses de l'État, collectivités territoriales, entreprises, ménages, etc) et 5680 pour un élève en classe élémentaire.

http://media.education.gouv.fr/file/2009/29/6/Le_premier_degre_122296.pdf

Pollux a dit…

J'adore ces statistiques qui ne veulent rien dire... Et lorsqu'on regarde de plus près les classes scolaires, sur le terrain, pas dans les stats du ministère, on constate que les classes à moins de 30 élèves sont plutôt rares...
Quant au coût, mettez donc en face celui des personnes âgées !!!
Bien sûr, je n'ai rien contre elles et ne pense en aucun cas à les opposer aux enfants, mais je suis surpris de la manière dont on nous exhibe toujours le coût de nos gosses et jamais le coût de nos seniors...
Il est vrai que la scolarisation des enfants est payée par la collectivité, alors que les EHPAD sont financées par des promoteurs privés qui oeuvrent main dans la main avec les élus... Combien d'écoles vont être remplacées par ces EHPAD ? Qui correspondent évidemment à un besoin, mais surtout, qui sont beaucoup plus lucratives et rentables pour les promoteurs que les logements qu'ils n'arrivent plus à vendre... Et je ne parle pas ici des logements sociaux, car c'est aussi leur absence qui pousse les jeunes familles avec enfants à s'éloigner des centres villes... L'avenir est dans la mixité sociale et la mixité des âges, mais malheureusement, les politiques d'urbanisme ne sont pas encore au diapason...

JMH a dit…

Vous avez raison de soulever la question de l'âge. Il n'y a pas actuellement de véritable compétition ou lutte entre les générations mais tout est possible dans l'avenir. Il est nettement plus facile d'opposer les gens les uns aux autres que les rassembler. Diviser la société entre jeunes et vieux pour mieux régner...

C'est une question importante que celle de l'âge. Les enfants et les parents représentent l'avenir et les forces vives. Il faut insister là-dessus.

En lisant ce qui est paru sur les regroupements d'école, on se rend compte que cela touche, au départ, parti-culièrement les campagnes, qu'il n'y a pas eu de réelle évaluation des conséquences de ces regroupements.

D'après des rapports administratifs, les parents sont attachés à une école de qualité et de proximité. Il est à réfléchir sur le fait que la disparition des écoles rurales correspond aussi à la désertification des campagnes ( moins de services publics...).

L'attachement d'un enfant à son quartier a une grande importance. Dans la vieille tradition havraise, les gamins de Notre-Dame et de Saint-François aimaient s'affronter par jeu.

Gardphil a dit…

Ce sont les prémices du grand projet de son Altesse Sarkozy : faire du Havre la grande banlieue du "Grand Paris". Cette école, moi et ma soeur l' avons fréquentée toute nôtre enfance. Il y a moins d' enfants qu' avant? et alors! Doit on détruire une ville parce qu' il y a moins d' habitants? De tout temps, la population d' une ville ou d' une région a fluctué et l' on n'a pas détruit les infrastructures pour autant. D' autant que cette école se trouve dans un quartier historique de la ville. Elle est l' essence même et la mémoire de la ville du Havre. Désaffecter cette école est une insulte a tous les havrais et a l' histoire de leur ville!!

Nicolas Braconnier a dit…

Bon j'arrive après la bataille, mais peu importe...

Quand j'ai appris la fermeture de Jean Macé, ma première réaction a été de verser une larme.
Pourquoi ?

Je suis aveugle de naissance, et l'école primaire Jean Macé à l'époque dirigé par madame Renault en 1987 a été le seul établissement scolaire à bien vouloir m'accepter en son sein les autres écoles étant quelque peu inquièts quant à la cécité.

Mes plus beaux souvenirs d'enfance y sont enfermés à tout jamais, il m'arrive encore aujourd'hui à 31 ans de rêver de cette école et de la revisiter à volonté.

Je suis très peiné par cette décision même si plus rien ne m'étonne dans nos politiques actuelles, aux vues de la beauté de ce bâtiment avec son préau arrondit qui fait tout de même bien plus école que réserve à merdier, j'aurais pensé qu'il y aurait un peu plus de bon sens et qu'on demande l'avis des enfants et des anciens élève avant de ne penser qu'à son bizness politique...

Merci à Jean Macé et madame Renault donc,
Je leurs dois une bonne partie de ma joie de vivre et de mon autonomie.

Le 27 rue Gustav Lénier reste à tout jamais gravé dans ma tête et mon coeur.