jeudi 25 juin 2009

Normandie et Grand Paris : des ambiguïtés à lever

La notion d'un Grand Paris jusqu'au Havre est de plus en plus confuse. Au départ, il s'agit d'un projet d'une équipe d'architectes, parmi dix autres, qui a été retenu. Il est tellement extensible que Caen et le Calvados, non concernés à l'origine par la proposition, veulent avoir leur mot à dire. On finirait donc par avoir un Grand Paris qui intégrerait Rouen, Caen et Le Havre ! On aurait alors le Gros Paris, comme dans l'Espace une sorte de "trou noir" qui aspire tout.

On change de registre avec un projet de Grand Paris qui englobe Caen. Cette implication et cette extension ne sont pas anodines. Il s'agit d'élargir le projet de Grand Paris afin qu'il n'aie plus de sens, qu'il soit totalement dénaturé et soit "requalifié". Comme le pense justement Philippe Duron, maire de Caen, il faut effectivement élargir le débat et mettre à plat les relations entre l'île de France et la Normandie notamment en termes de transports.

Pour revenir à une base saine, il serait donc indispensable que l'utilisation de la notion de Grand Paris soit limitée à la région île de France et que le développement de la Vallée de la Seine ou plus généralement des liaisons entre Paris et les grandes villes normandes fasse l'objet d'un traitement particulier. Cela aurait, au moins, le mérite de ne pas inquiéter les partisans d'un modèle différent de développement : ceux qui, comme moi, ont pour pour priorité le développement des relations entre les deux rives de la Seine dans le cadre de la réunification.

Paris a le droit de se développer et il est bénéfique que les relations, notamment les transports, entre les grandes villes de Normandie et Paris soient meilleures (sur ce point, tout le monde est d'accord). Les deux peuvent se conjuguer, de manière distincte et complémentaire, avec intelligence. Mais, de grâce, ne cherchez pas à nier la réalité historique qu'est la Normandie.

10 commentaires:

geo a dit…

A mon sens, le projet de Grand Paris arrive à point nommé pour Antoine Rufenacht. De cette manière il snobe la Normandie et ses politiciens, qu'il ne considère pas à la hauteur des ambitions havraises. Rouen et Caen, restent dans leur mythe de rayonnement international (qui se limite à la Vallée de Seine pour l'une et à la plaine de Caen pour l'autre)...

Le Havre est comme New-York, une ville posée là, sans réel rapport avec sa région. Au Havre je ne me sent pas dans ce que les parisiens appelent une "ville de province"...et encore moins en Normandie. L'avenir du Havre est à l'international...la Normandie ne l'à pas encore compris. Si seulement les politiciens Normands s'interressaient un peut plus au Havre il auraient tout de suite compris que la dynamique havrais pourrait faire rayonner le Normandie sur le plan international... car pourrait-on imaginer des villes comme Rotterdam, Anvers, Hambourg sans fonction politique principale dans leur région ???


Rouen et Caen sont le passé de la Normandie... Le Havre est l'avenir de la Normandie. Il est temps de faire un choix ;-)

Anonyme a dit…

Geo Maire du Havre !!!

Mais attention à ne pas bâtir l'argumentaire sur une opposition !

Quant à la dynamique havraise, elle doit se traduire et se concrétiser essentiellement par l'évolution de son nombre d'emplois et l'accroissment des emplois dits stratégiques. Rien n'est encore gagné.
Et le tramway, les docks Océanes, les magasins d'usine, la tour Nouvel et la méthode Coué n'y suffiront pas, loin s'en faut.

Sur le grand Paris, Geo a raison : Le Havre banlieue de Paris, c'est de la science fiction. Je maintiens que ce projet Grumbach est de la com', de la poudre aux yeux et du virtuel, qui ne sert que d'instrument aux politiques.
On n'a pas attendu cet architecte pour considérer que Le Havre était naturellement le port de Paris et d'une bonne partie de la France. Cela fait quelque siècles que les cartes de France existent. Il suffit d'en ouvrir une.
Pas besoin de tout cela pour programmer une bonne desserte ferroviaire et fluviale du port.
Jeff

Jean-Michel a dit…

Oula ! tu vas te faire de nombreux amis dans le 27, 14, 50, 61, 76 !

Je rejoins ton analyse sur le fait qu'il s'agit d'un projet qui relie le pouvoir actuel central au Havre et "court-circuite" quasiment toute la région. Cela découle aussi de l'isolement politique dans lequel Le Havre se trouve : seule ville ump-modem au milieu de champs roses... et de la "politique havraise du cavalier seul " .

Le réseau métropolitain de Caen Le Havre Rouen n'a jamais fonctionné correctement pour l'instant. Même lorsque les présidents des grandes villes étaient du même bord.Je ferai peut-être un article sur le sujet.

Pour Caen et Rouen, je te trouve très dur. J'ai lu un de tes commentaires sur l'etoile de Normandie à propos de Caen. Tu y es allé fort ! Caen a été surnommée l'Athènes Normande. J'ai du mal à ce qu'on la traite durement. Les responsables caennais reconnaissent qu'ils pourraient faire mieux pour avoir une influence plus large.

Je vois mal la "politique du cavalier seul" être viable à long terme. Le Havre a besoin de son hinterland Normand. A l'inverse, la Normandie a besoin de cette magnifique fenêtre internationale qu'est Le Havre.

geo a dit…

Toujours à mon idée, Le Havre est en train d'accomplir la dernière étape d'une lourde reconversion industrielle engagée depuis la fin des années 70...les années 80 étant le "trou noir" de l'économique havraise.

Celà s'est traduit par une perte d'habitants intra-muros qui correspond à cette reconversion industrielle. Nous nous en rendrons compte beaucoup plus tard mais ce troisième quart du XXeme à marqué le début de la mutation économique havraise. Le Havre du XXIeme siècle sera une ville des "affaires", une ville tertiaire avec quelques industries lourdes (tranformation des amtière premières et energétiques) et des industries de recherche de pointe (Dresser, Auxitec etc...).

En gros, Le Havre reprend le destin économique qui lui était promis jusqu'à la fin des années 1930... mais je me trompe peut être !!!


A propos de Maire, je trouve une certaine similitude entre Antoine Rufenacht et Léon Meyer... enfin c'est un avis personnel que j'ai eu en lisant certains livres sur Le Havre de l'immédiat avant guerre.

Jean-Michel a dit…

Je rejoins Jeff sur le besoin d'une desserte ferroviaire du port(certainement vers l'autre côté de la Seine).

J'abonde dans votre sens à projet de Grumbach. Quelques extraits de ce qu'il a dit récemment " il est important de ne pas donner de limite à la mégapole".


La relation entre Paris, Londres et Rotterdam constitue le triangle d’articulation de la grande mégapole du XXIe siècle »

Il faut donc en déduire que le Grand Paris n'est qu'une petite partie de la mégapole qu'il imagine.Celle-ci devant intégrer Londres et Rotterdam !!!!
http://www.plainecommune.fr/page/p-138/art_id-1461/actu_id-289/thm_id-4/actualite-le-reve-de-paris-a-la-mer-d%C3%82%E2%80%99antoine-grumbach

geo a dit…

@ Jean Michel:

Au sujet de Caen, cette ville à certe eu un passé prestigieux notamment grâce à son Université. mais aujourd'hui les choses ont changé, d'autres villes ont dépassé Caen sur tous les points (culture, population, éducation...). le problème c'es tque les politiciens Caennais n'en on pas encore pris conscience, et aujourd'hui "l'Athenes Normande" n'est plus que l'ombre d'elle même. Celà ne veut pas dire que cette ville est morte, loin de là, il faut juste la repositionner en ce début du XXIeme siècle. Caen capitale Normande est loin d'être une légitimité...

Jean-Michel a dit…

Oui Caen n'a pas retrouvé sa flamme. La capitale en réseau est mon souhait.

A propos des futures métropoles, un sénateur, Bellot, vient de remettre un rapport : "la création de métropoles, qui seraient dotées par la loi d’un statut d’EPCI à fiscalité propre, plus intégré encore que celui des communautés urbaines. Ce statut serait réservé, en fonction de critères définis par la loi, aux plus grandes agglomérations de France de taille européenne. Elles pourraient devenir par la suite des collectivités territoriales de plein exercice bénéficiant de la mise en commun des ressources communales (dotations et ressources fiscales), à condition que les communes membres en décident ainsi, par délibérations concordantes ;

geo a dit…

Comme toi j'aimerai croire à la capitale tripolaire. Mais je doute qu'en France ceci soit réalisable.

Caen à perdu sa flamme et perds d'années en années son rayonnement universitaire au profit de Rennes, Le Mans, Le Havre, Rouen. Il serait temps de créer une coopération universitaire pour lutter façe au pôle universitaire Breton ou Parisien car si caen est menacé, à plus long terme, les universités du Havre et de Rouen le seront aussi; ce qui les sauvent c'est leur hyper spécialisation (surtout au Havre)

Jean-Michel a dit…

Pour l'économie, ce serait intéressant de faire un point, une synthèse sur l'évolution économique du Havre. J'ai été frappé en lisant récemment un ouvrage où Le Havre apparaissait avant-guerre comme une véritable place de commerce et pas seulement une place maritime. Marchés de certains produits et Bourse du Havre avaient alors une grande importance.

Demain, si cette ville des affaires renaît ce sera une sorte de prolongation.

Ta comparaison entre les maires est très intéressante.

Anonyme a dit…

Je lis ici beaucoup d'affirmations comparant différentes villes de la région. Ce serait bien d'étayer un peu.
Comment dire que Caen est dépassée par ses voisines sur le plan de léducatio, de la population, de la culture ? Qu'est-ce qui montre que l'université du Mans grignote celle de Caen (ce dont je doute, d'ailleurs) ??
J'aimerais énormément me plonger dans l'histoire économique du Havre et de la Normandie en général. Mais le temps me manque.
Jeff