mercredi 24 juin 2009

Normandie et Grand Paris

"Le fait que Le Havre devienne la banlieue de Paris n'est pas intellectuellement inenvisageable d'ici 15-20 ans."

Hervé le Bouc, PDG de Colas, Entreprise française, leader mondial des entreprises de Construction de routes. Entretien avec le journal La Tribune du 22/06/2009.

Il y a eu le département de Seine-Inférieure. Il a disparu et est devenu la Seine-Maritime. Il y a la (haute) et la (basse) Normandie sur le plan politique. Elles laisseront la place à une seule Normandie. Il y a le Grand Paris jusqu'au Havre qui fait déjà considérer cette ville, pour certains, comme une future banlieue.


C'est une sorte de fin (de porte de sortie) de considérer Le Havre comme le bout d'une queue de poële, comme le modeste appendice d'une mégapole. Mais l'Histoire ne s'arrête pas. La division administrative entre la haute et la basse Normandie n'a dépendu que de quelques responsables technocrates et politiques des années 1960 et 1970. C'est le même processus avec le grand Paris des années 2000. Les projets les plus imposants ne demeurent que s'ils sont porteurs d'une profonde aspiration humaine collective. Il est parfois difficile d'exprimer une voix différente du concert autorisé et uniforme que certains voudraient transformer en une unanimité. Mais le rôle de la Politique et du Politique est notamment la discussion des affaires de la Cité. Personne ne sait l'avenir : il y aura toujours un espoir pour Le Havre et la Normandie. Il restera toujours une volonté de croire en une Génération, née ou à naître, qui rêvera d'atteindre les étoiles.

Ouvrir Le Havre à l'Estuaire, Ouvrir Le Havre à la Normandie.

13 commentaires:

Anonyme a dit…

On y va..............
Normandie unie ou pas.
C'est le sens de l'histoire et de la démographie.
je ne le verrai certes pas, vous non plus, peut-être, mais vos enfant le vivront certainement.
Pensons qu'en 1945, nous étions 39 millions de français, nous sommes aujourd'ui 64 millions et cela va forcément continuer - puisque c'est le sens naturel de l'humanité - avec tout ce que cela implique autour d'infrastructures économiques.
Ce sera d'abord l'axe de la Seine et puis, ici ou là, le résidentiel débordera sur les plateaux.

DAN a dit…

@ anonyme
Une vision de l'avenir que je ne verrais pas j'espère, car si on veux faire comme dans certaine contrée de l'Inde avec sa surpopulation, non merci très peu pour moi !

Jean-Michel a dit…

Ce qui est terrible c'est que, dans le même temps, des territoires entiers se vident de leurs habitants, de leurs services publics, de leurs commerces. Un équilibre à trouver serait préférable : un aménagement raisonné du territoire.

Anonyme a dit…

La Nièvre (certains cantons avec 10 habitants au Km2 - la Seine Mme, plus de cent), la Creuse, la Lozère ?....
Comment en stopper la stagnation ou l'émigration ?
Ces régions sont condamnées à devenir des zones vertes de loisirs, avec paysans reconvertis, d'élevage avec main d'oeuvre minimum, et surtout zones résidentielles secondaires pour les métropoles, : Paris, Lyon, Marseille ?....C'est très bien parti ! et à mon sens totalement irréversible.
On ne crée pas de l'emploi dans le désert.

Jean-Michel a dit…

Ah il faudra dire cela au Koweit...
Pour ce que dit Grumbach des métropoles de l'avenir, il a oublié Moscou. La ville n'a aucun débouché vers la mer : elle comporte plus de 10 millions d'habitants.
14,74 millions d'habitants dans l'agglomération[1]. Elle est le centre économique, politique et universitaire de la Russie, regroupant 8,9 % de la population du pays. Moscou est la ville qui abrite le plus grand nombre de milliardaire au monde, position occupée jusqu'en 2007 par New-York.

Anonyme a dit…

Et tous ces milliardaires moscovites sont d'anciens membres de la Nomenklatura qui ont fait main basse sur les richesses du pays.
Ce sont toujours les mêmes, ex-cadres soviétiques ou nouveaux "démocrates" (qu'ils disent !)qui détiennent pouvoir et richesses.
Le peuple ne voit pas la différence entre hier et maintenant.

DAN a dit…

@ anonyme
Si, ils voient la différence, avant ils mangeaient ! Alors que maintenant pas toujours !

phyll a dit…

imaginons une France avec 2 ou 300 millions d'habitants.....les vaches n'auront plus d'herbe à brouter !!!...bon, ces projets sont à très longs termes, et les générations montantes n'y penseront pas (ou plus) et devront s'adapter !!
perso je dis: hélas !!!

Jean-Michel a dit…

Cela fait penser à la chanson de Jacques Dutronc : Sept cent millions de chinois !

Anonyme a dit…

L'augmentation de la population, c'est le sens de l'humanité. Et la peur de l'avenir est comme une petite mort.
Mais dans deux siècles, on se dira que rester à un milliard d'habitants en Europe, ce serait bien ...
Quant au regroupement de la population dans des grandes villes, à mon avis, ce n'est pas idiot, si on densifie un peu. Il faut oublier le rêve du pavillon avec 1000 m² de terrain pour chacun. Car cela réduit la surface agricole et augmente les besoins énergétiques (chauffage, transports ...).
Jeff

Anonyme a dit…

Exact, Dan !.....
Il y a quelques mois, j'ai envoyé du fromage et autres denrées que des amis ne pouvaient plus se payer.
Le mari est ingénieur (salaire, moins de 4.000 Francs/mois) et l'épouse interprète. Un enfant. 38 m2 pour vivre.....C'est mieux encore que de vivre à plusieurs ménages se partageant une cuisine avec chacun sa chambre !....
Et d'une discrétion épistolaire visible, comme si la censure existait encore.
Notons qu'une lettre met plus d'un mois pour parvenir à son destinataire, et un colis encore plus ! Vrai dans les 2 sens pour le courrier.
Le Paradis d'antan n'a pas changé d'aspect, ou si peu !!!...............

geo a dit…

Il faut arrêter de croire qu'avec le Grand paris, Le Havre deviendra une banlieue de Paris. C'est de la science fiction de croire que l'agglomération parisienne s'étendra sur 250 km presque 300 km entre Melun (77) et Le Havre.

Le Havre est déjà le port de Paris et de la France, mais le manque d'investissements dans les transports à fait qu'Anvers nous à damé le pion. Le Grand Paris devrait corriger l'érreur, car à l'heure actuelle, en temps de parcours, Lille ressemble plus à une "banlieue" de Paris que Le Havre...

Anonyme a dit…

J-M. vous avez mis le doigt sur le sujet qui passionne !
Quand je dis : l'axe de la Seine sera urbanisé pour raisons démographiques et que Le Havre sera une banlieue éloigée de Paris (ce qui n'exclut pas une personnalité urbaine et encore moins une vocation maritime internationale) d'autres que moi, sur votre site, y vont carrément dans l'imaginaire prospectif !!!....