vendredi 3 février 2017

Démolition de l'ancien lycée maritime Anita Conti





Enfin ! L'ancien lycée maritime du boulevard Clemenceau est en train d'être démoli. Son esthétique ne correspondait pas aux goûts actuels mais il représentait un style plutôt en vogue dans les années 1960 ou 1970. On appréciait sa couleur bleue plutôt en accord avec l'élément marin. Dans mon esprit, il avait une sorte de parenté avec le siège du port autonome du Port du Havre.

                                   Photo odieusement volée à Geo du siège du Port du Havre

On est heureux que les léopards normands, jaunes, immenses et menaçants, sur fond rouge, aient pris place sur le front de mer. Décidément les couleurs marquent le lieu. La Normandie immortelle marque son empreinte au Havre. On s'en félicite. Il y en a peut-être, dans le quartier, qui se retournent dans leur tombe en voyant nos couleurs normandes... 

Le quartier évolue. Le quai de Southamptom va  totalement être transformé. Un hôtel de luxe et des appartements de grande condition vont surgir. Déjà la Résidence de France constitue un quartier (aisé) dans le quartier du Perrey. Des bateaux de plaisance de grande dimension ( des yachts) ont désormais la capacité d'accoster au port de plaisance. Il faudra suivre l'évolution de ce secteur où le logement social a encore sa place... Le front de mer vaut de l'or.





4 commentaires:

phyll a dit…

esthétiquement et au niveau patrimoine, ce n'est pas une grande perte !!!... et en attendant la future construction, certains vont profiter quelques temps d'une belle vue dégagée !!...

jean-michel Harel a dit…

@Phyll. Oui il faut profiter. Un peu comme place Danton. Mais c'est provisoire. Cela fait du bien ce genre d'espaces sans rien. Il y a un immeuble qu'on voit en arrière-plan où un particulier a fait installer une terrasse ou très grand balcon sur un immeuble qui n'en comportait pas. Une belle prouesse.

phyll a dit…

oui, d'ailleurs il a du avoir un sacré dossier à monter pour une telle réalisation !!!

DAN a dit…

Le front de mer vaut de l’or aujourd’hui en effet, quand on pense que c’était ici que vivaient parmi les plus pauvres des havrais avec leur cabanes en bois vu qu’il leur était interdit de construire en « dur ».
Les temps changent …
Quant à la démolition du lycée Conti, vu l’état du bâtiment ma foi il fallait bien faire quelque chose, mais on aurait pu tout aussi bien faire « quelque chose » lorsque les bâtiments étaient intacts ! Mais c’est bien connu au Havre (et ailleurs aussi d’ailleurs j’ai pu le constater) on attend qu’un lieu-bâtiment-hangar et que sais-je, soit en ruine pour justifier sa démolition !