lundi 18 janvier 2016

Le patrimoine havrais : vieux commerces du Havre


5 commentaires:

DAN a dit…

Comme tu peux t’en douter, il y a bien d’autres façades de magasin. En parcourant notre ville on peut encore en voir quelques-uns, tu es passé non loin de celui au 82 de la rue casimir Delavigne qui est encore en activité tout comme l’est celui au coin des rues JB Eyriès et Anatole France et que tu as montré.
Dans le quartier de l’Eure il y en a encore de très beau notamment rue Armand Agasse, mais je ne vais pas tous les énumérer mon commentaire n’y suffirait pas.
Par contre préserver de telles vitrines alors que le commerce n’est plus en activité là je pense que c’est quasiment mission impossible, car je ne connais pas un propriétaire qui dépenserait de l’argent rien que pour maintenir « sa » vitrine en bon état, non là il faudrait trouver des idées et surtout de l’argent pour les maintenir en bon état. Pensons déjà à la difficulté à préserver la façade du Cinéma « Normandy » qui, elle est unique au Havre et représentative de l’art déco.
Le mieux serait que ce soit la municipalité qui prenne en charge ces façades et magasins, une idée, reverser une partie des entrées des stationnements payant pour cette sauvegarde du patrimoine « ordinaire », mais ce que j’en dis…

jean-michel Harel a dit…

Salut Dan. Merci pour ton commentaire avisé. La préservation de ces commerces est effectivement un problème. D'abord ils n'ont jusqu'à présent suscité que très peu d'intérêt. Ensuite, ils ont un aspect fonctionnel qui ne les rend pas compatible avec un rôle de logement. Ils ont une sécurité faible ( des volets en bois). Je pense toutefois que certains éléments méritent d'être maintenus.

Pourquoi ne pas créer un commerce-témoin comme il y a un appartement témoin ? Je pense que certains propriétaires sont prêts à les entretenir s'ils se rendent comptequ'ils font partie du patrimoine.

Imaginons Le Havre sans aucun vestige de cet ancien commerce. Je pense que notre ville, dans sa globalité, y aura perdu... Je me mets souvent à la place d'un touriste venu de l'autre but du monde. Il veut du "couleur local". Ces commerces peuvent jouer ce rôle.

Je prédis que les plus intelligents et novateurs des commerçants havrais reprendront les noms d'enseigne les plus célèbres (le roi de la Frite) ou les locaux les mieux préservés pour mieux mettre en avant leurs affaires. Le but de cette vidéo est de contribuer à la mise en valeur de ces établissements et d'en garder quelques souvenirs comme tu le fais si bien avec les photographies ! Bonne soirée Dan







DAN a dit…

Il faut aider ceux qui ont déjà leur commerce dans de tels magasins anciens, il y en a plusieurs au Havre il suffit de les répertorier et voir ce qu’ils comptent faire, s’ils ont l’intention de restaurer leur boutique ou non, si leur affaire marche bien ou non, car si la clientèle susceptible d’acheter dans ces magasins voit l’état de la boutique ils ne sont évidemment pas tentés d’y entrer et faire des achats.
Il y a un exemple tout à fait parlant à ce sujet, il s’agit de la droguerie rue Braque, je connais son propriétaire, il a fait refaire dernièrement sa vitrine qui, elle, datait des années 60 avec le style qu’on peut deviner. Et bien il l’a refait à l’ancienne en bois avec entrée au milieu alors qu’auparavant dans l’ancienne façade elle était complètement sur la gauche et avec des montants en fer plat. Ce magasin prouve bien qui si le commerce fait des bénéfices, son propriétaire est enclin à y faire des travaux de rénovation.
Si on aide ceux qui ont déjà une boutique ancienne et qui, vaille que vaille font des bénéfices mais pas suffisamment pour refaire leur façade dans le style hérité du passé, c’est là qu’il faut les aider en leur octroyant une aide financière pour les travaux de restauration, j’écris bien restauration, ce qui signifie qu’on ne touche pas au style, on ne fait que de le remettre à neuf, alors qu’une rénovation consiste à refaire tout en style contemporain et au moins cher bien entendu.
Voilà, je ne me fait pas plus long car je suis un intarissable sur les commerces que j’estime être l’âme d’une ville, son on a plaisir à se promener dans un ville c’est d’abord parce qu’il y a des commerces, qu’importe ce qu’ils vendent, si quelque chose nous attire dans une vitrine on ira voir ce que c’est, par contre parcourir une rue sans commerce et sans édifice particulier là c’est l’ennui assuré !
Bonne fin de soirée Jean-Michel, et excuse-moi d’être un peu long.

phyll a dit…

..... quand un bavard rencontre un autre bavard........ :o) :o)

jean-michel Harel a dit…

Salut Phyll. Quand c'est l'histoire du Havre c'est sans fin !