jeudi 8 janvier 2015

Hommage à Charlie Hebdo au Havre


Vitrine en deuil du "Mot passant", rue Maréchal Gallieni au Havre.

10 commentaires:

DAN a dit…

C'est devenu une cause nationale et j'approuve !

phyll a dit…

d'accord avec DAN !!

Anonyme a dit…

Liberté d’expression » : quand Charlie Hebdo réclamait l’interdiction du FN

8 janvier 2015 par admin4

Extrait d’un article paru dans Libération en 1996 :

« Le 26 avril, Cavanna, Val et Charb (trois piliers du journal Charlie Hebdo) débarquent en estafette dans une annexe du ministère de l’Intérieur. Dans leur coffre, des cartons remplis de signatures qu’ils apportent à un conseiller de Jean-Louis Debré. En huit mois, 173 704 personnes ont répondu à l’appel « pionnier » de l’hebdomadaire pour demander l’interdiction du Front national. Loin de l’anonymat des sondages ou de la sempiternelle discussion sur la montée du FN, ces milliers de signataires ont apposé leur nom, profession, adresse, au bas d’un texte réclamant « de dissoudre le Front national, cette ligue dont le but politique est de faire disparaître la République ». Adressé au président de la République et au ministre de l’Intérieur, la pétition est précédée des articles 1, 2, 4, 6 et 7 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (elle constitue le préambule de la Constitution), avec lesquels « le Front national est en contradiction flagrante ».

Fin juin 1995, Cabu dessine, à la une de Charlie Hebdo, Jean-Marie Le Pen menottes aux mains entre deux policiers. En titre: « Que faire contre le Front national? L’interdire ! » »

Anonyme a dit…


Il ne s'agit pas du tout de la même question.
Amalgame regrettable.
Que je sache, CHARLIE ne tuait que par le crayon et Jean-Marie et sa tribu sont toujours en vie.
On sait aussi que le FN est anti-républicain.
Otto.

jean-michel Harel a dit…

@Dan, Phyll. on ne peut que réprouver un tel acte.

@Anonyme On n'a jamais dit que Charlie-Hebdo étaient des saints et qu'on approuvait tout ce qu'ils faisaient. C'est la mort de ces personnes qui invitent au deuil.

@Otto La période est propice à tous les excès de toutes sortes. Essayons de garder la tête froide.

Mehdi a dit…

Bien qu'ayant été très gêné parfois par la publication de certaines choses de la part de ce journal. De sujets très sensibles traités avec une légèreté, à mon sens, parfois inconsciente... Je crois qu'on ne peut que condamner ces actes barbares . Ce sang versé et ses familles dans la peine . La lutte contre ces fous sera longue.
Evitons les amalgames de toutes sortes.
Mourir pour des dessins .. Tout est dit.

Anonyme a dit…

L'atrocité du crime ne se discute évidemment en aucun cas et celui qui écrit ce commentaire est un partisan inconditionnel (je répète: inconditionnel)de la liberté d'expression: totale et sans limite(s). Vive l'irrévérence de Charlie Hebdo! Mais il est quand même piquant de voir que ceux qui font profession de se réclamer de cette fameuse "liberté d'expression"(libertaires, ou pseudo-libertaires, souvent donneurs de leçons)sont aussi ceux qui pétitionnent pour interdire la parole à d'autres ... Les braves citoyens qui manifestent en ce moment et s'inquiètent pour la liberté d'expression en France sont, pour certains, favorables à la censure de Zemmour ou de Dieudonné qui, au passage, n'ont aucun point commun!!
Quand Zemmour va prendre une balle dans la tête, vous pensez vraiment qu'un deuil national va être décrété ... ?

jean-michel Harel a dit…

@Mehdi. Mourir pour des dessins voire pour rien (le seul fait de se trouver dans les locaux au mauvais moment) est terrible.

Il y a du vrai dans ce que vous dites anonyme. C'est certain que la mort de Dieudonné, Zemmour ou même un attentat qui décimerait la rédaction de "Minute" ou de "Présent" n'entraînerait probablement pas ce genre de réaction.

Cela fait bien longtemps que je ne crois plus à l'égalité (même si j'admire le principe) dans la vie comme dans la mort...











jeanpaul76 a dit…

Salut Jean Michel
un sujet grave avant tout , la presse à payer très chère.

mais il y a aussi les anonymes sans grade ou du moins leurs métiers n'étaient pas d'écrire .
Bonne journée

Anonyme a dit…

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/01/12/31003-20150112ARTFIG00356-golnadel-je-le-confesse-je-ne-suis-pas-alle-marcher.php

W. Goldnadel, avocat