dimanche 24 novembre 2013

Cette famille installée au Havre à la destinée internationale : les Raverat

Les Raverat sont quasiment inconnus au Havre. Sauf erreur, le livre de l'historien Chaline sur les dynasties normandes ne les mentionne même pas ! Seuls les historiens Claude Malon ou Aline Lemonnier-Mercier se sont intéressés à une partie de l'histoire cette famille.
 
Les Raverat ont pourtant une histoire peu commune. Ils ont participé à la construction du fort de Sainte-Adresse et du lycée François Premier. Ils ont joué un rôle majeur dans l'entreprise Thireau-Morel. Pour ces raisons, ils ont déjà laissé une empreinte dans l'histoire locale.
 
Ce qui est beaucoup moins connu est que Jacques Raverat, issu de cette famille installée au Havre, épousa la petite-fille du célèbre naturaliste Charles Darwin ! Elle était artiste et, par son mariage, Gwen Darwin devint Gwen Raverat. Ils firent partie du Bloomsbury Group, cercle intellectuel, auquel appartenaient la romancière Virginia Woolf et l'économiste John Maynard Keynes. Jacques Raverat a bien connu André Gide. 
 
C'est assez fascinant de voir que les Jardins Suspendus, désormais haut-lieu des espaces verts havrais, dont les murs ont été construits par les Raverat, ont un lien, même lointain, avec Charles Darwin.  
 
Une des filles de Jacques Raverat, née en 1916, épousa le suédois Edvard Hambro, président de l'assemblée générale des Nations-Unies en 1970 et 1971. Quant à la deuxième fille de Jacques et Gwen Raverat, elle était artiste. Elle épousa le biologiste Mark Pryor. Leurs enfants sont peintres et écrivains bien connus en Grande-Bretagne.

Bref une famille à l'aspect international !




 

7 commentaires:

DAN a dit…

Ce nom de famille Raverat, a-t-il un rapport avec le quai Georges Raverat, car je connais ce nom de quai donné au président de la chambre de commerce au Havre.

buddy2259 a dit…

Un nom dont je n'avais jamais entendu parlé ...merci pour l'historique de cette famille effectivement très internationale.

Bonne journée Jean-Michel...!)

gérard a dit…

Voici ce que j'ai sur le nom Raverat, il s'agit dans le cas présent de Georges.
En 1885 la société Raverat est créée, elle s’installe au bord du Canal à Graville, elle est transformée en société anonyme sous le nom de Compagnie des Docks du Canal de Tancarville, parmi les dirigeants on trouve Georges Raverat et Ernest Siegfried.

DAN a dit…

@ Gérard
Merci du renseignement !

jean-michel Harel a dit…

@DAn Gerard oui i ls'agit bien de la famille de Georges Raverat. Elle était active dès les années 1860 et participait à la construction de nombreuxx bâtiments.

Grâce à de très bonnes recherches, Aline Lemonnier-Mercier a découvert que Pierre Raverat, le père de Georges avait épousé en 1854 Léonie Villain apparentée au fondateur du " dé d'argent " rue de Paris. Cette femem avait un oncle, François Garnier, celui qui a construit le fort de Sainte-Adresse...
Elle nous apprend qu'ils ont détruit le front ouest des fortifications, ont participé à la construction des casernes du boulevard de Strasbourg, de la "nouvelle" caisse d'épargne, de l'agrandissement des douanes
etc.

Les Raverat sont une des rares familles liées au Havre à avoir
une destinée internationale de cette ampleur ( en Grande-Bretagne, en Suède...) On se rend compte qu'ils avaient une vision très étendue, presque mondiale, depuis de nombreuses décennies. On est loin de la famille de notables qui aurait pu rester dans son coin. C'est peut-être, partiellement, pour cela qu'ils sont désormais quasiment inconnus dans la ville qui leur a permis d'acquérir la fortune.

jeanpaul76 a dit…

Salut ami
une époque bien structurée où les alliances donnaient lieu à des projets ambitieux du fort de Sainte-Adresse et du lycée François Premier.

Mon regard sera différent pour le fort il l'était déjà quand on regarde les voûtes . je suis fasciné par les voûtes.
bonne journée

jean-michel Harel a dit…

@Jean-Paul76 Comme toi les voûtes m'inspirent. Je ferai peut-être un article sur le sujet ! Pourquoi pas le prochain article d'ailleurs ?