dimanche 28 octobre 2012

Le Havre en Normandie Nuit des passages 2012 Une grande réussite



Une appartement "décoré" lors de la nuit des passages
Les réservations étaient closes depuis plus d'une semaine pour cette nuit des passages. C'était déjà les prémisses d'une curiosité du public pour cet événement gratuit. Celui-ci s'est déroulé dans le quartier Saint-Anne, entre la place Danton et l'avenue René Coty, dans la nuit du 27 octobre 2012.

D'abord, il y a l'idée qui a de la solidité et de l'originalité. Utiliser cette particularité de l'existence de passages (étroits et relativement peu connus) est intelligent. Les mettre en scène avec la complicité de groupes de théâtre relève d'un pari audacieux et bien conçu. Il demeure difficile, en effet, de se servir de ces voies en montrant leur intérêt.

Cette idee de nuit des passages a été présentée et particulièrement mise en valeur par des photographies réussies (celles de Laurent Bréard ) qui donnaient envie de participer à l'événément. Le cliché qui montre le groupe de comédiens devant l'école Raspail, visible sur de nombreuses sucettes publicitaires au Havre, fera date. Des cartes représentant les artistes étaient notamment distribuées sur place.

Une publicité multiforme (affiches, articles, internet)  avait annoncé ce spectacle et on se réjouit que des moyens importants aient été  accordés pour la réussite de cette nuit. Sans soutien logistique puissant elle n'aurait pas eu cet impact. Pour donner un détail, les luminaires avaient pris des couleurs : bleu, violet...

Sur le plan matériel, des rues avaient été réservées à la circulation piétonnière. il s'agit là aussi d'une bonne initiative qui permet à des habitants de se réapproprier un quartier et de le voir autrement. Mettre l'accent sur le patrimoine (les passages en font partie)  et sur la proximité fonctionne bien.

Quant aux prestations des artistes et compagnies présents on ne peut que les saluer. Que de talent ! Par exemple, entendre une belle voix, un instrument de musique le soir dans un passage a du charme. Même le moment (le soir) était bien choisi. Cela donnait de l'intimité. Jouer dans la rue n'a rien de facile et la médiocrité dans ce domaine n'est pas permise. N'oublions pas que la concurrence avec la télévision reste rude un samedi soir et que le temps se montrait pluvieux. Le seul petit bémol résiderait, à mon humble avis, dans le déroulé de l'histoire présentée dont on saisissait mal s'il y avait une continuité.

Pour ceux qui n'étaient pas présents, la nuit des passages consista en une promenade, en groupes de plusieurs dizaines de personnes, entre le square Holker et la place Danton, par l'intermédiaire de plusieurs passages (voies très étroites ). Des artistes accompagnaient cette déambulation et faisaient le spectacle. Le final entre l'église Sainte-Anne et la place Danton fut détonnant. On dira même décoiffant !  Merci pour cette nuit des passages qui a réjoui la foule : il fallait y être. Merci.

Cet événement était organisé par la Ville du Havre et coordonné par la compagnie des Pieds au mur, avec la participation des artistes et Cies suivantes : Cie SDF - Cie Pieds au mur - Cie Piano à Pouces - Téyôt de la Muppet Chaude - Jérôme Boyer - Alain Chaplain - Anaïs Lemarchand - Paul Beaudoin.

7 commentaires:

DAN a dit…

Bonjour Jean-Michel.
Je ne vais pas revenir sur la prestation elle-même puisqu'elle passait devant chez moi dans l'impasse que tu connais.
Mais tous les habitants de cette impasse on un peu mal pris la préparation de cette prestation, pourquoi ?
En effet deux ou trois jours auparavant des employés de la ville sont venus nettoyer notre impasse (qui est privée), alors qu'habituellement nous sommes soumis aux crottes de chiens, et aux détritus divers qui jonchent le sol.
Nous avons fait divers courrier à la mairie et à la CODAH pour signaler ce fait, mais rien n'y a fait, les balayeurs ne sont jamais venus dans cette impasse la nettoyer.
Alors je ne voudrai pas que mon propos soit dirigé contre les artistes qui ont fait cette manifestation, non là n'est pas mon but, mais c'est simplement pour dire que l'on ne nous écoutent pas lorsqu'il s'agit de la propreté de notre environnement.
Combien de fois avons nous (les habitants de l'impasse) dû mettre la main à la pâte pour nettoyer notre allée des cochonneries qui s'y accumulaient. Et la réponse de la mairie comme de la CODAH a toujours été la même " c'est une impasse privée dont nous n'avons pas la charge". Sauf si c'est pour faire passer des artistes....
Excuse-moi pour ce trop long commentaire, mais je ne fais que traduire la pensée de habitant de l'impasse.
Bon dimanche Jean-Michel !

JMH a dit…

Salut Dan. C'est un commentaire intéressant. La propreté de ces passages serait absolument nécessaire pour les mettre en valeur. D'après mes souvenirs, il faut l'unanimité de tous les riverains pour qu'un passage devienne propriété publique. Ayant vécu dans un passage la seule solution serait de les bloquer à leurs extrémités. Certains anciens passages ou voies privées ont adopté cette solution.

DAN a dit…

Oui en effet ont "pourraient" bloquer les extrémités, mais deux arguments s’opposent à cette mesure, 1) qui prendra en compte les frais de constructions des fermetures ? Nous , bien entendu puisque c'est une voie privée. De plus si cela se faisait nous serions obligé de mettre en place un système de sonnette afin que toute personne venant nous rendre visite puisse nous avertir de sa présence, et l'impasse ayant trois sorties, difficile de concevoir un système de sonnettes ayant un coût bas de mise en place.
Ces trois sorties représentent trois fois la mise en place de portes ou barrières, et celles-ci seraient forcément en empiétement sur la largeur de cette impasse, cela condamnerait donc tous les possesseurs de véhicules qui, déjà aujourd'hui, ont du mal à entré chez eux dans leur garage situé dans cette impasse.
Tu vois le problème est un peu plus compliqué qu'il n'y parait.
Déjà nous avons eu des problèmes avec les problèmes sanitaires concernant les tout-à-l'égout, heureusement un architecte habitant l'impasse également et connaissant les textes de loi nous disait que si nous sommes propriétaires du sol de cette impasse, nous ne le sommes pas de son sous-sol. Donc le ville a bien été obligé d'effectuer les opérations nécessaires à l'entretien de tout ce qui est enterrés.
Voila, en dire plus serait difficile car après c'est une question juridique et là j'avoue mon incompétence.
Bonne fin de journée Jean-Michel !

JMH a dit…

Cela doit être l'enfer d'avoir un garage dans un passage. On ne sait pas l'évolution sur le long terme mais il est probable que la fermeture de ces passages améliorerait l'hygiène. Attaché au patrimoine havrais je ne le souhaite pas mais je comprendrais les propriétaires si cela se faisait un jour. Au point de vue juridique, ce serait intéressant de voir quel serait le statut d'un trésor qui serait découvert dans le sol de l'allée d'un passage par un fonctionnaire de la Ville. La belle grosse embrouille !

DAN a dit…

C'est en effet assez "infernal" de sortir de l'impasse,encore moi avec ma camionnette, j'ai encore la chance d'être face à la grande sortie, sinon pour les autres usagers les rétroviseurs laissent parfois un "souvenir" sur les murs des maisons, le mien est ainsi marqué.
Quant à la fermeture de l'impasse, nous ne sommes pas tous d’accord, et les arguments des uns sont aussi valables que ceux des autres.
La solution serait que la mairie ou la CODAH refasse le revêtement de cette impasse et mettent un ouvrier de voirie pour le nettoyage, mais ça ils ne veulent pas en entendre parler pour les raison exposées plus haut.
Bonne soirée Jean-Michel !

brigitte thomas a dit…

Bonjour,
J'ai entendu beaucoup de bien de cette sortie. Nous sommes en 2014, sera t elle refaite un jour ????

jean-michel Harel a dit…

Bonsoir. C'était un magnifique événement qui a certainement demandé beaucoup de travail aux organisateurs. Je n'ai pas entendu parler d'une nouvelle édition mais elle aurait un grand succès