vendredi 21 janvier 2011

Les Pergolas dans l'au-delà


Il y a un point commun entre les pergolas de la place de l'hôtel de ville du Havre et les souterrains de l'entrée de ville. Ils datent d'une trentaine ou quarantaine d'années et ont été condamnés à disparaître. Il s'agit d'une leçon de modestie vis-à-vis de la réalité, une sorte de va-et-vient : un pas en avant un pas en arrière... Faire et défaire. Les pergolas comme des mailles d'un gilet qu'on tricote puis détricote...


Photo prise le lundi 17 janvier 2011

17 commentaires:

buddy2259 a dit…

Tout à fait d'accord avec toi et c'est la même chose dans toutes les villes !

Je te souhaite un bon week end .

Geo a dit…

Les pergolas étaient un moyen d'assumer l'architecture d'après guerre à un moment ou ce patrimoine n'était pas encore considéré à sa juste valeur.

Je me souviens d'un guide touristique acheté il y'a 15 ans environ, qui parlait du Havre comme "La ville qu'il faut voir avec les yeux du temps présent". "une place de l'Hôtel de Ville dont les dimensions - 243 m sur 192 - font l'une des plus grandes d'Europe mais ou l'on se sentait si petit qu'on avait hâte de la franchir."

Aujourd'hui l'architecture Perret est assumée, le traumatisme de la guerre est dépassé et les gens n'associent plus cette architecture aux ruines de 1944.

Voila selon moi, la justification du démontage de ces pergolas.

JMH a dit…

C'est un retour à une architecture Perret plus pure, débarassée de ces éléments. Il faudrait aller au bout de la démarche et remettre le devant de l'hôtel de ville comme dans les années 1960 et 1970. De même il faudra un jour se poser la question de supprimer l'extension de l'hôtel de ville. Personne n'a encore osé en parler pour l'instant ou n'y a même songé! Retrouver le monument dans son "jus ". Cela n'est pas à court terme mais la question se posera peut-être dans quelques années ou décennies. Il n'y a pas eu de réflexion vraiment élaborée sur le siège vraiment adapté d'une communauté d'agglomération. L'actuel siège de la Codah est d'une terrible tristesse.

Geo a dit…

Sans revenir au années 50, l'idée est de dégager la perspective sur l'Hotel de Ville et d'ouvrir la place sur le reste de la ville, alors que les pergolas, malgré leur charme, avant tendance à cloturer la place.
La question de l'extension de l'Hôtel de Ville ne se posera, je pense jamais. Il y'aura peut être un jour une refonte pour lui donner un style un peut moins années 80.

Le siège de la CODAH n'abrite que des bureaux. Je pense que l'idée d'une véritable siège d'agglomération s'imposera avec l'extension de la CODAH.

DAN a dit…

Moi j'aimais bien ces pergolas, mais de toutes façons on s'habituera à la nouvelle place ainsi redessiner, d'ailleurs les havrais ne font que de se "ré-habituer" à leur ville tellement celle-ci est changeante...

phyll a dit…

j'aimais bien aussi ces pergolas.....mais bon.....laissons la PLACE aux jeunes...... ,o)

JMH a dit…

Voir la place sans pergolas c'est la retrouver comme elle était avant. On a eu le même genre de mouvement avec le café de Paris qui a été installé puis a disparu puis on a parlé de remettre un établissement ! Je regrette un peu cette brasserie qui n'a pas été remplacée.

Geo a dit…

@JMH:

La place de l'Hotel de Ville ne sera pas tout à fait comme avant. La chaussée centrale en 2 fois 6 voies qui coupait la placene reverra jamais le jour.

Il y'aura aussi tout l'aménagement lié au tramway et notamment la mise en valeur des stations, véritables élements architecturaux dans la ville.

En lieu et place des pavillons Tournant, c'est une élégante verrière qui verra le jour. Bref une place au style fin et pure, digne des jardins à la Française.

JMH a dit…

Bien sûr ce n'est pas un retour au cadre antérieur. De même, en ce qui concerne les souterrains du Havre, on ne retrouvera pas la même configuration. Il n'en reste pas moins que les pergolas comme les souterrains n'ont été qu'une parenthèse qui se referme.

Leur durée rend cet investissement défendable. En revanche, le réaménagement complet de l'avenue
du 8 mai 1945 ou la suppression des bizarroides pistes cyclables du boulevard de Strasbourg laissent songeur. Imagine-t-on un particulier qui referait entièrement sa salle de bains pour ensuite dire qu'il faut tout recommencer car des travaux plus importants sont prévus dans la maison ? On dirait qu'il manque de "jugeote".

Il y a un problème de planification des travaux. On pourrait d'ailleurs continuer la comparaison avec un particulier qui referait tout dans sa maison en même temps!

Geo a dit…

@JMH:

Les grands travaux créent de l'emploi. 2000 pour le tramway, plusieurs centaines pour le Grand Stade. Nous sommes assurés que Le Havre sera en travaux au moins jusqu'en 2020 (entrée de ville, rénovation du centre ancien). Après, une autre ligne de tramway verra probablement le jour dans les quartiers Sud ou en remplacement de l'actuelle ligne 2 du réseau d'autobus. Le Grand Paris et son hypothétique nouvelle gare...qui dit nouvelle gare dit nouveau quartier. Sans compter les grands travaux du port (prolongement du Grand Canal, 3eme franchissement de l'Estuaire, doublement de l'écluse François Ier)... Bref...Ta théorie sur les grands travaux est fondée

JMH a dit…

Ma réflexion actuelle sur les grands travaux est que leur but est d'être avant tout des fournisseurs d'emploi, des moyens d'aspirer et de dépenser l'argent public, d'enrichir notamment les actionnaires de sociétés privées.
C'est du "business" finalement avec parfois des dérives.

Le Gros Paris est une volonté d'industrialiser à fond la Seine et ses territoires encore préservés. Bien entendu sous un prétexte, un "enrobage" de développement durable.


De manière originale, je pensai aujourd'hui que le passage de la télévision hertzienne à la télévision numérique constituait aussi des travaux chez chacun d'entre nous ! Obligation de changer de téléviseur, de se débarasser de l'ancien, de transformer l'actuel avec un adaptateur ( attention tous les
adaptateurs ne s'adaptent pas à Numericable ). Que vous le vouliez ou non vous ne pourrez rester avec l'ancien système. La télé s'éteindra. Dans quelques années ce sera le tour de la radio numérique. On fera les mêmes "travaux " chez soi de changer tout son matériel. Là c'est l'argent privé qui est dépensé. Je me demande même si l'essor du livre numérique ne sera pas favorisé à terme un jour afin d'obliger à changer de mode de support de lecture régulièrement. Business, business... Vous pouvez effectivement croire qu'on peut résister à cette évolution. Regardez les médecins qui paieront 50 centimes pour une ordonnance en papier. Celui-ci ne servira plus à la fin.

Une vie en travaux...

Geo a dit…

"Une vie en travaux"...

= une vie havraise.

Je pense à mes grands parents, à mes grands oncles et tantes qui ont connu Le Havre d'avant guerre, qui ont connu la reconstruction et qui connaissent les travaux actuels.

Lorsque le France se reconstruisait l'économie était florissante, et pour cause. L'idée des grands travaux est, je pense, de soutenir l'économie locale en créant de l'emploi et en rendant la ville attractive pour attirer toujours plus d'entreprises et d'investisseurs privés.

Déjà dans les années 30, ce grand Maire du Havre qu'était Léon MEYER avait lancé les "grands travaux contre le chomage". Dans ce plan qui dévait être mis en oeuvre au début des années 40, il était prévu d'assainir en profondeur Notre-Dame et Saint François. D'autres projets étaient dans les cartons comme le percement du Tunnel Jenner et la création d'un boulevard périphérique au Nord de la Ville..."La Rocade Nord".

C'est la méthode de plannification à la Française qui fait que les projets décidés actuellement verront le jour peut être dans 50 ou 60 ans... "L'axe Seine".?

Anonyme a dit…

L'emploi par les chantiers financés par fonds publics n'est-il pas un prétexte ?
Les emplois financés par des impôts n'ont pas un effet de relance économique extraordinaire.
De plus, qu'elle est la part de main d'oeuvre sur le coût total de ce type de travaux ?
Je ne dis pas qu'il n'en faut pas. Je dis simplement qu'il faut nuancer.
Quant au "Gros Paris", je ne suis pas certain qu'il s'agisse d'industrialiser la vallée de la Seine. Car si les élus et gouvernants se souciaient des entreprises, et plus encore de l'industrie, ça se saurait ...
Jeph

JMH a dit…

La plupart des responsables de haut niveau réfléchissent avec une vision vers 2020 et même 2050. Ils se trompent parfois, bien sûr, mais ils ont une direction et une vue à long terme. Rien n'empêche personne de réfléchir de manière différente et d'imaginer, de rêver un Havre ou un estuaire vers 2050

L'apparition de l"axe Seine" c'est la réalisation que le Grand Paris inquiète les populations de Normandie et rencontre des résistances. Il s'agit d'urbaniser et d'industrialiser la Seine.

A propos des travaux, on voit assez peu d'images d'archives de la ville en travaux avant-guerre. Le port en travaux ( digue-bassins...) semble avoir davantage suscité d'intérêt.

Anonyme a dit…

Personnellement, je suis tout-à-fait pour la poursuite, voire l'intensification du développement de la Seine. Peut-être pas partout, de façon extensive, mais plutôt en renforçant des pôles, comme Port Jérôme et LH (qui a encore du potentiel foncier, mais sur zone GPMH).
Mais il faudra veiller à ce que LH ne se contente pas de voir passer les boîtes, ni même d'assurer uniquement du dépotage-rempotage.
Quoiqu'il en soit, j'attends de voir le concret du Grand Paris ...
Jeph

Geo a dit…

Le "Grand Paris" te lque présenté n'est rien d'autre que le projet d'aménagement du bassin parisien imaginé dès a fin des années 60. C'est du réchauffé à la sauce Sarkozy. De grands mots, de grandes paroles et du vent !

Le "Grand Paris" est un titre populiste car qui croirait que Paris pourrait s'étendre à ce point ?
L'axe Seine ou le renforcement de la coopération entre Paris et Le Havre est inéluctable. Ca va dans le sens de l'histoire. Pour autant celà ne veut pas dire qu'on tire un trait sur la réunification de la Normandie, car notre ville à tout à gagner dans cette réunification.

Sinon, Jean Michel, tu es intervenu à la radio aujourd'hui ? As tu enregistré l'émission car je n'ai pas pu l'écouter. Le thème portait sur le renouveau du quartier des Docks c'est bien ca ?

JMH a dit…

Salut Geo, oui j'ai parlé du quartier de Leure sur Radio bleue haute-Normandie. Je n'ai pas enregistré. J'ai notamment dit que le fait de supprimer les courants d'air dans le centre commercial des Docks n'apporterait pas forcément de grands changements sur la fréquentation. Plusieurs personnes sont intervenues pendant l'émission et évoquait l'ambiance ancienne de ce quartier.