mercredi 10 juin 2009

Trafic maritime en Normandie : horizon 2050


Lorsqu'on s'intéresse aux travaux prospectifs, on se rend compte que 2050 est une date qui revient souvent en ce qui concerne l'avenir. Il est question notamment de diviser par quatre les émissions de CO2 d'ici 2050. Cette échéance de 2050 est évoquée par le protocole de Kyoto.

Une études des Ponts et Chaussées évoque les transports en France en 2050. Il existe plusieurs scénarios avec, parfois, de fortes augmentations prévues de trafic de conteneurs. Il est même évoqué un accroissement jusqu'à 86 millions de tonnes en 2050 de trafic dans le port du Havre (24,5 millions de tonnes en 2008). Une augmentation de 3 à 5 du trafic de conteneurs est envisagée entre 2005 et 2050.

De la même manière, on retrouve dans l'étude de l'architecte Grumbach, envisageant le Grand Paris, une prévision d'augmentation très forte du trafic passant par Le Havre. "Le scénario Paris Rouen Le Havre part de l’hypothèse d’une augmentation du flux de marchandises conteneurisées par 3 d’ici 2020 puis à nouveau par 3 entre 2020 et 2050. "

Ces prévisions ( prédictions ? ) entraînent des conséquences.

D'abord, les terminaux à conteneurs devraient continuer à s'étendre. L'intérieur du port du Havre pourrait être totalement remanié dans les prochaines décennies. Les emprises portuaires seront certainement très protégées et non rétrocédées pour des opérations urbaines. C'est ce qu'on appelle Port 2020 et on voit déjà ce qui se profile à l'horizon avec la destruction de l'ancienne gare maritime en mai 2008, par exemple.

Selon les prospectives, les flux de fret tendraient à se massifier sur de grands axes trans-européens et dans les zones portuaires. Des zones comme Le Havre attireraient des actifs alors que le littoral du nord de la France, l'Auvergne et le Limousin attireraient les retraités. Pour ces deux dernières régions, ce serait attirant pour ces populations car, dit froidement l'étude des ponts et chaussées, ce n'est pas cher d'y vivre! L'aspect positif est que Le Havre et Rouen ont vocation à attirer des actifs.

En outre, en allant au-delà de la question du trafic maritime, les études prospectives recommandent aussi que les zones industrielles se situant sur la Seine conservent cette vocation. En effet, il est envisagé une "concentration en France des industries de première transformation à forte consommation énergétique dans les grands pôles industriels et portuaires tels que la Basse-Seine( le Havre et Rouen )".

Il reste tout de même un point qui n'est pas assez abordé par ces études. Il s'agit du trafic maritime dans la Manche. En effet, celle-ci est la mer la plus fréquentée au monde. Deux géographes ont expliqué que les ports de la Manche sont au bord de l'engorgement. En plus, dans "les chantiers coréens, on travaille sur des plans de bateau de 19 mètres de tirant d'eau. Il va falloir imaginer, selon les deux géographes, de nouvelles installations comme des plateformes d'éclatement en eaux profondes avec des petites unités qui distribuent les marchandises en étoile. " ( Pour mémoire, le chenal du Havre permet l'accès de navires de 16 mètres de tirant d'eau; ce dernier est de 25 mètres à Antifer.)

Des changements vastes seraient donc en train de se préparer. La vallée de la Seine serait amenée à devenir un axe économique au développement prodigieux. Des questions se posent forcément. Il y a l'aspect humain et l'aspect environnemental. Cette croissance très forte annoncée s'accompagnera-t-elle du respect de l'Environnement et d'un progrès dans le bien-être des habitants ?


Article dédié à Geo

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous voyez, - nous en parlions - J-M. on y va tout droit.....
Normandie unie ou pas, l'axe de la vallée de la Seine maritime sera l'avenir du port du Havre.
Il se fera contre ou avec. Je pense qu'il se fera avec. Quelle autre hypothèse raisonnable ou crédible ?
On ne lutte pas contre la marée.

Jean-Michel a dit…

Pour en revenir à la vallée de la Seine, elle est depuis longtemps un élément essentiel de transports. Qu'on développe le trafic grâce au fleuve, je n'y vois pas d'inconvénient. Le problème réside surtout dans ce que recouvre cette augmentation très forte à venir du nombre de conteneurs. Ou ce trafic est pris à d'autres ports, ou la population consommera beaucoup plus (il faut bien que les conteneurs qui arrivent aient une utilisation) ou on prévoit une forte augmentation de population. Ce sont les hypothèses qui me viennent à l'esprit.

N'étant pas favorable à la décroissance, cette augmentation considérable d'activités ne m'inquiète pas. Le fait de remodeler le port du Havre dans ses limites actuelles est une bonne idée. Le même phénomène existe en urbanisme où l'étalement foncier n'est plus un dogme.

Un des soucis réside dans l'avenir des bords de Seine, au sens large, et dans le risque de leur urbanisation galopante. Je pense que les communes, le long de la Seine, y compris à quelques dizaines de kilomètres, ont intérêt, dès maintenant, à s'intéresser à ces questions.

geo a dit…

Ahh ahh,,, un article comme je les aiment. Merci pour la dédicasse ;-)

Après avoir lu pas mal de bouquains sur Le Havre et notamment celui de Martine Liotard "Le Havre 1930-2006", j'essai de trouver des parrallèles entre les grands projets d'avant guerre, ceux de l'après guerre et leur conséquences sur notre vie d'aujourd'hui. ainsi j'ai appris que Port 2000, la rocade Nord, ou le centre Coty étaient déjà envisagé depuis plus de 40 ans. Le record est détenu par la Rocade Nord, déjà prévu par le maire Léon MEYER dans les anénes 30.

Bref en fonction des grands projets qui se montent en ce moment j'aime jouer au petit quizz de "Comment sera Le Havre dans 50 ans"...?

Je partage le point de vue qui a été énoncé dans ton article. Très objectivement, je pense que Le Havre est à l'aube d'un dévéloppement considérable qui aura lieu au cours du XXIeme siècle. Tous les facteurs nous laissent penser que Le Havre à les moyens d'égaliser Rotterdam (tant par la ville que par le port) d'ici 50 à 60 ans. Ce developpement aurait pu s'amorcer beaucoup plus tôt si la politique ne s'en était pas mêlée (drapeau rouge si tu vois ce que je veux dire ;-) ). Tout me fait penser que Le Havre aurait dépassé le million d'habitant si la ville n'avait pas été rasée pendant la guerre et si on avait diversifié l'économie dans la seconde partie du XXeme siècle.

A l'heure actuelle Le havre termine sa mutation économique. Les grandes industries tels que Renault ne seront plus jamais ce qu'elle étaient. On s'oriente vers une tertiarisation de l'économie et une diversification industrielle. Les usines de productions sont remplacées par les centres de recherche et l'industrie de pointe (Total, Aircelle, Chevron, Dresser)...

Bref j'ai toujours cru en l'avenir du Havre et depuis maintenant 10 ans que je m'interresse à cette ville, tout ce que j'avais rêvé, idéalisé ou imaginé s'est fait ou se fera d'ici peut. Il ne s'agit pas d'être voyant pour dire ça. C'est en étudiant le passé qu'ont imagine l'avenir...c'est comme un mécanisme bien huilé.


J'espère seulement que Le Havre aura plus de chance au cours du XXIeme siècle et ne sera pas coupé dans son élan par une guerre, une crise économique ou autre.

Anonyme a dit…

L'optimisme, c'est magnifique, Geo, mais il faut aussi garder les pieds au sol...
LH n'égalera jamais Rotterdam qui traite comme 5 ou 6 fois le trafic de notre port préféré, "boites" comprises ! Même chose en ce qui concerne la population, compte tenu de la densité des villes dans le delta du Rhin...et qui a en amont la Hollande, toute la vallée du Rhin et l'Allemagne jusqu'à l'Europe Centrale.
Et le Drapeau Rouge n'a que fort peu à y voir (je pense même : rien du tout).
Ce qui n'empêche pas que je crois dur comme fer à l'avenir du port (plus qu'à l'accroissement de la ville en population).
Je crois comme JM disant qu'il faut vitaliser le centre-ville plutôt que de créer encore des espaces commerciaux dans les docks.

geo a dit…

@ Anonyme:

Nous parlons là d'une vision à l'horizon 2050 voir plus. Bien entendu Le Havre n'égalisera pas Rotterdam avant au moins 50 ans, mais je crois que je me suis mal exprimé. Le but n'est certainement pas de faire un Rotterdam Bis, mais un port du Havre ambitieux et à la hauteur de ses ambitions.

Si le port du Havre se développe comme prévu dans cette étude, la population suivra obligatoirement. Le Havre à les moyens de devenir une ville attrayante, bien dans sa peau, qui attire une nouvelle population de cadres et de professions intermédiaires. Le Havre à encore une mauvaise presse dû à des années de gestion médiocre.

D'autre part vous parliez de commerce en ville. Le commerce en centre-ville de se developpera pas tout seul, il ne faut pas rêver. Qu'on le veuille ou non, seul des "locomotives" comme le centre Coty, ou les Docks peuvent créer cette émulation bénéfique à tout le centre-ville. Rappelons le, les Docks ca rese du commerce de centre-ville. Il faut juste être vigilant afin qu'une harmonie se créer entre Coty, les Docks et les commerçants traditionnels du centre-ville. Par exemple il faudra faire en sorte que l'usine des Docks offre des enseignes qui ne sont pas encore présentes au Havre.

François Vaudour a dit…

Je ne vois pas comment il est possible de se projeter dans 50 ans surtout avec une perspective de croissance digne des années soixante qui s'est avérée une erreur pour la planète dans le passé.

Je reste trés sceptique sur ce type de projection !

D'autant plus que les modes de transports de l'aprés-pétrole restent encore assez peu utilisables à grande échelle !

François