mercredi 5 octobre 2016

La statue cachée aux regards du sculpteur havrais Saladin enfin visible !


                                                                        


 Après de nombreuses années, la statue du sculpteur Saladin, est de nouveau visible ! Cachée et protégée par une boîte elle manquait... Elle se trouve rue Jean-Paul Sartre dans l'enceinte du lycée François Premier. C'est un Monument aux Morts. On se lamentait de ces travaux qui ne finissaient pas et occultaient l'oeuvre du sculpteur. A cet endroit-là, quand j'étais lycéen, une fois par an, un hommage était rendu aux morts pendant la guerre avec une litanie de noms...   Sur ce point, je pense qu'il faudrait faire évoluer, sur la forme, ce genre de  cérémonies bien trop datées pour des lycéens. 

La statue sera probablement mise en valeur dans l'avenir. Elle le mérite. Rappelons que la statue est visible de la rue mais que l'accès au lycée est bien entendu interdit sans autorisation.

7 commentaires:

phyll a dit…

cette oeuvre méritait bien une restauration !!!
quant au "rajeunissement" des cérémonies, je suis d'accord !!...

DAN a dit…

Difficile d’intéresser un jeune aux cérémonies évoquant le passé. Une forme nouvelle de cérémonie serait sans doute à « inventer », mais n’oublions pas que le temps efface tout. Commémorons-nous la guerre de 1870 ? non, les guerres ont ceci de particulier, c’est qu’on ne voudrait ne plus jamais en voir, mais tous les monuments, aussi beaux soit-il, ne feront rien pour qu’il n’y en ait plus, donc c’est plus du côté de l’éducation qu’il faudrait se tourner, car là on peut apprendre ce que le passé représente, et on peut aussi éviter qu’il ne se répète !
@ + Jean-Michel.

Gédé de Le Havre a dit…

Tu réveilles un vieux souvenir. Je reconnais bien cette statue et j'ai participé à ces cérémonies annuelles que tu évoques. En tant qu'ancien élève de ce qui s'appelait à l'époque "Le Lycée de garçons", je regrette qu'à l'occasion de la journée du patrimoine (par exemple), ce site ne soit pas ouvert. Longtemps, je me suis demandé si la "cour d'honneur" existait toujours et j'en ai vu récemment une photo. J'aimerais pouvoir y retourner, en faire le tour, il y aurait tant de souvenirs et d'émotions pour moi et je suppose pour tous ceux qui y sont passés, comme moi, tous les jours, quand l'entrée se situait par la grille de la rue Ancelot (aujourd'hui rue Jean Paul Sartre) et que l'on passait devant cette fameuse statue.

jean-michel Harel a dit…

@Phyll et Dan, la guerre de 1870 est totalement oubliée.. Elle n'intéresse plus... Les morts de cette guerre valent moins que les autres ? A propos des cérémonies, tout cela a bien trop vieilli. Cela finit par ressembler à des rites. Déjà dans les années 1980 la cérémonie des morts du lycée faisait rire les adolescents que nous étions. Et c'est normal !

J'ai vu un enfant jouer taper au ballon sur le monument aux morts près du bassin du commerce. Je lui ai dit gentiment d'arrêter. Ce n'est pas l'endroit pour cela. Il faut trouver un équilibre entre le respect dû aux morts et la poursuite de la vie à travers les générations. ce genre de cérémonie au lycée ne devrait pas être obligatoire pour les élèves mais basé sur le volontariat. Et s'il n'y a personne ? Et bien c'est que cela n'intéresse plus personne...

@Gédé A mon époque on passait par la rue Just-Viel. Le lycée devrait s'ouvrir davantage à ses anciens élèves. Une journée par an leur permettrait de visiter l'école.


DAN a dit…

Rappelles-toi le monument aux morts de Saint Thomas d'Aquin, qui lui a carrément été "tagé", quand on constate ça on s dit que l'homme a toujours fait la guerre, pas étonnant si à chaque génération il faut tout recommencé !

jean-michel Harel a dit…

Le monument aux morts de Saint-Thomas d'Aquin est un très bon exemple des changements qui peuvent intervenir en plusieurs générations. Il doit être actuellement totalement envahi par la végétation... On a vu une seule autorité s'en plaindre ?

DAN a dit…

Il l'est effectivement, et si on interroge les habitants alentour ils s'en fichent comme de l'an 40...