jeudi 21 octobre 2010

IUT Le Havre Retraite


6 commentaires:

DAN a dit…

Mon petit neveu étudie là, et il m'expliquait ce que veulent les étudiants ses camarades. Je comprends mieux sont absence des cours maintenant !
PS : Fais gaffe à ton vélo quand même ! ! ! ! ;-)

Anonyme a dit…

Et que veulent donc les étudiants ?
Scouse

DAN a dit…

Bon d'habitude je sais à qui je m'adresse mais là je vais faire une exception.
En fait les étudiants voudraient pouvoir travailler avec les diplômes qu'ils sont susceptibles d'acquérir dans ces écoles, mais vu la conjoncture ils ne sont pas certain de pouvoir trouver un boulot en sortant de l'école. Certains vont même plus loin et l'on écrit en tag sur les murs, ils ne veulent plus travailler du tout.
Il faut bien reconnaitre que nous, les adultes, ne leur avons pas laisser un monde "tranquille" et que notre "expérience" aujourd'hui ne sert à rien puisque les données ne sont plus les mêmes.
Un philosophe à dit "l'expérience n'éclaire que le chemin parcouru" !
Il avait bougrement raison!

JMH a dit…

Le problème est effectivement que certains diplômes ne protègent pas, pour l'instant, du chômage. On forme souvent des étudiants pour des postes qu'ils n'occuperont pas. Il vaut mieux compter sur des relations ou une famille bien placée professionnellement que sur un diplôme dans cette société... Hélas, c'est un constat . Il est possible de s'en sortir mais il faut faire preuve d'un grand courage. Je pense que les étudiants ont intégré cette logique et ne se font pas d'illusion. Ils ont tout de même raison de se former car c'est important sur le plan du développement personnel.

A ce sujet , j'ai toujours été choqué par le fait que certains disent qu'il fallait "faire venir des cadres " au Havre. Les Havrais eux-mêmes ne pourraient pas le devenir ? C'est pour cela qu'il y a de nouvelles idées à apporter.

phyll a dit…

"de mon temps" les jeunes remplaçaient les vieux qui partaient à la retraite...... maintenant ils vont devoir attendre les "faire-part" de décès pour peut être pouvoir postuler sur une liste d'attente.......

Anonyme a dit…

Merci, M. DAN d'avoir répondu.
Je ne sais pas si l'expérience n'éclaire que le chemin parcouru. Je pense surtout, qu'au contraire de la connaissance, elle ne se transmet pas. Tous les petits enfants iront mettre le bout des doigts sur la plaque électrique, bien qu'on leur ait dit qu'ils allaient se brûler.
Certes, on ne laisse pas un monde "tranquille" à nos enfants. Mais existe-t-il une génération qui se soit dite satisfaite de ce qu'elle a laissé ?
On peut voir positivement les choses : nous n'avons jamais eu, toutes catégories sociales confondues, un tel train de vie. Même s'il existe toujours des écarts importants (voire indécents) de niveaux de revenus, j'ai quand même le sentiment que la grande majorité d'entre nous avons accès à des choses que nos parents n'avaient pas.
Ce qui compte, au final, c'est la foi dans l'avenir et le courage. Et c'est ce qu'il faut à nos étudiants. Un vieux curé de campagne me disait, il y a quelques années, que "de son temps", les jeunes démarraient dans la vie avec enthousiasme et envie de se battre pour progresser. Pas avec la peur au ventre.
Scouse