vendredi 29 janvier 2010

Les centres commerciaux en difficulté

Un ami me faisait lire récemment un article très intéressant sur les centres commerciaux. Il s'avère que la multiplication de leur nombre se révèle dangereux pour leur rentabilité. Plusieurs centres commerciaux nouveaux n'ont pas atteint le chiffre d'affaire prévu à Strasbourg, à Mulhouse, etc. De fait, certaines boutiques négocient leur loyer à la baisse pour rester dans ces centres.
Outre la prolifération des centres, la diminution de la consommation ( depuis la crise) et les contraintes de plus en plus fortes liées à une automobile ( prix de l'essence...) provoquent des difficultés. Dans ce domaine, les centres commerciaux situés en périphérie sont encore plus touchés que ceux situés dans le centre d'une ville.
La France est désormais le pays le plus équipé voire suréquipé en matière de centres commerciaux. Pour citer quelques chiffres de l'article paru dans le journal Le Monde, " En 2009, 101 centres commerciaux - représentant 939 000 mètres carrés - ont ouvert ou se sont agrandis, soit plus qu'en 2008 (104 ouvertures mais seulement 767 000 mètres carrés), et plus du double par rapport à 2007 (57 ouvertures pour 434 000 mètres carrés). Environ 1,2 million de mètres carrés sont encore attendus en 2010.
Trop de centres commerciaux affaiblissent le centre commercial. L'exemple le plus frappant reste celui des magasins d'usine prévus en Normandie. Trois projets se concurrencent : cela met en cause la viabilité de chacun d'entre eux.
Bref, le modèle actuel des hypermarchés et centres commerciaux a peut-être atteint ses limites.
Depuis deux ans, tous les nouveaux centres commerciaux en France ont donné de mauvais résultats en France. Seul le centre Odysseum à Montpellier tire son épingle du jeu. En regardant le site internet de Odysseum, on y voit des parkings très accessibles mais aussi que le tramway passe en plein milieu. Cela met, à mon avis, en relief les relations qui existent entre développement d'un centre commercial et transports. Les moyens de déplacement en commun sont actuellement favorisés et cela rejaillit sur l'activité de ces centres commerciaux.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Ne pensez vous pas qu'il faudrait faire une longue pause ?
Je vois surtout en périphérie de villes, sur les axes principaux, une gigantesque prolifération d'enseignes plus agressives les unes que les autres, dans des bâtiments à peu près uniformément minables pour y vendre une camelote le plus souvent de médiocre niveau qualitatif comme esthétique.
Assez ! de cette vulgarisation et de ce traitement par le bas de la clientèle !....

DAN a dit…

Je suis entièrement d'accord avec "anonyme"
Les supers marché il y en a ras-le-bol. Ils vident les villes de leur principales animation, c'est à dire le commerce de proximité. Ils sont laids à pleurer, et quand vous demander à un responsable d'un de ces magasins (j'en ai un dans ma belle-famille) pourquoi il change sans arrêt (ou presque) les rayonnages, il répond invariablement que c'est pour ne pas habituer la clientèle à ne se rendre qu'au rayon prévu. Donc à chaque fois on perd du temps pour trouver ce que l'on cherche.
Si c'est ça qu'on appelle le "progrès", alors on est mal parti !

Edouard Paris a dit…

Le centre commercial Odysseum a ouvert le 23 septembre dernier. Contrairement à ce que les journaux ont publié, les résultats ne sont pas à la hauteur de ceux que les très nombreuses enseignes installées (près de 100) pouvaient espérer. La clientèle venant en tramway est minoritaire et si les places de parking sont nombreuses, elles affichent rarement complet.
Voir l'info du 6 janvier 2010 sur mon site en cliquant sur mon nom.
Comme les médias vous êtes tombé dans le piège de la propagande Frêchiste.

JMH a dit…

Merci de cette information fraîche ! En gros, l'ensemble des nouveaux centres commerciaux en France vont mal.

Il est temps effectivement de faire une pause dans ce développement de la médiocrité assez généralisée... Il y a des villes nombreuses où la périphérie donne une impression de bazar marchand assez déplorable ( Saint-Lô... mais les exemples seraient innombrables).

On parle beaucoup des entrées de ville à améliorer mais rarement des zones commerciales. Ces secteurs sont très mal faits pour les piétons et les bicylettes. La voiture y règne sans partage. Aucun effort.

Il faut une volonté politique de renouer avec le commerce de proximité. Celui-ci a aussi beaucoup de progrès à effectuer et reste encore trop passéiste.Il faut dire qu'il y a une charge énorme de travail pour eux, une pression avec des charges, un manque de financement et de visibilité à long terme, une hésitation à montrer les dents pour se défendre et attaquer... C'est avec des leaders et des rapports de force que le commerce de proximité a aussi une carte à jouer.

Anonyme a dit…

Ces surfaces extérieures aux villes datent de l'époque de la bagnole-reine. Des 30 glorieuses.
C'était la panacée complètement irraisonnée du profit immédiat, du développement commercial illimité, de la vente à tout-va, du crédit inépuisable, favorisés par la mode joyeusement adoptée par les Municipalités de la ville ou des villes périphériques y trouvant leur compte en créant des zones que l'on pourrait qualifier aujourd'hui d'anarchiques.
A l'heuree actuelle, on a un très bel exemple de la production de ces années-là en fréquentant les vide-greniers ! Quel bazar !....
Il faut retrouver à un meilleur équilibre. Le balancier y revient.

phyll a dit…

je fréquente de plus en plus les commerces de proximité de mon quartier et je m'en porte que mieux !...mon porte-monnaie aussi !!!